Tombon Oualy de sa cellule en prison : « J’invite le coupable à se livrer avant qu’il ne soit trop tard »

De sa cellule de prison, le policier Tombon Oualy a adressé une « lettre ouverte » dans laquelle il dit accueillir avec foi et philosophie l’information relatée par la presse à propos du réquisitoire définitif du procureur sur l’affaire Baissirou Faye. En effet, renseigne le journal L’As qui fait écho de la lettre, le « suspect » du Procureur Bassirou Faye dit se soucier de beaucoup plus de choses que de ce réquisitoire qui l’envoie devant la barre pour jugement.

Considérant qu’il a été jeté en pâture, Tombon Oualy relève qu’on veut le faire passer, aux yeux de l’opinion, comme un irréfléchi, un inculte, un anarchiste, un mercenaire, un cowboy, une « personne qui joue au Rambo dans les situations aussi délicates qu’une opération de maintien de l’ordre en milieu estudiantin où les manifestations de pauvres étudiants qui ne faisaient que réclamer les bourses dérisoires ».

Poursuivant, il invite les gens à faire preuve de foi et de raison et à penser au jour dernier. Tombon Oualy considère que son sort peut arriver à tout un chacun et qu’il ne le souhaite à personne. C’est pourquoi il s’indigne du silence coupable de certains. Pour lui, une erreur judiciaire est non seulement regrettable pour nos institutions, mais elle constitue un précédent dangereux pour l’avenir de l’humanité. Avant qu’il ne soit trop tard, il invite le coupable à se livrer dignement pour l’amour de Dieu. Car dit-il, la honte réside moins dans la forfaiture que dans la reconnaissance et l’excuse.

S’adressant à ses collègues policiers Tombon Oualy déclare : « Que chacun dise par tout moyen qu’il juge adapté à son niveau de responsabilité ce qu’il a réellement vu ou fait. La justice a besoin de cela pour élucider cette affaire. Car le chemin de Dieu est celui de la vérité, aucun mensonge n’est éternel ».

leral.net

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.