Plusieurs pays expriment leur volonté de faire partie des BRICS

L’Algérie, l’Argentine et l’Iran ont officiellement déposé des demandes d’adhésion au groupe des BRICS.

L’Arabie saoudite, l’Egypte et la Turquie ont également exprimé leur intérêt pour une adhésion au bloc, mais n’ont pas jusqu’ici présenté des demandes officielles.

Le groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) définira de nouveaux critères d’adhésion au bloc et statuera sur l’admission de nouveaux membres éligibles d’ici fin 2023, a annoncé la ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Naledi Pandor ce vendredi 13 janvier.

« Un certain nombre de pays ont demandé de rejoindre le bloc des BRICS sous la présidence de la Chine. Nous devons maintenant nous pencher sur ces demandes et cet intérêt très important pour l’élargissement du groupe », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse à Johannesbourg.

« Vers la fin de la présidence de l’Afrique du Sud, nous serons en mesure d’indiquer si nous nous élargissons et qui fera partie d’un BRICS Plus ou de tout autre format », a ajouté la ministre, dont le pays a pris la présidence tournante du groupe depuis le 1er janvier 2023.

L’autorité sud-africaine a également estimé que l’approche du groupe des BRICS offrant une alternative à un monde unipolaire suscite un vif intérêt. « Le monde évolue de manière très inquiétante. Les pays sont à la recherche de partenaires partageant les mêmes idées dans le monde entier. De nombreux pays constatent que l’approche des BRICS est celle à laquelle ils aimeraient adhérer », a-t-elle fait remarquer.

L’Algérie, l’Argentine et l’Iran ont officiellement déposé ces derniers mois des demandes d’adhésion au groupe des BRICS. L’Arabie Saoudite, l’Egypte et la Turquie ont également exprimé leur intérêt pour une adhésion à la coalition regroupant cinq pays émergents, mais n’ont pas jusqu’ici déposé de demandes officielles.

Le ministère chinois des Affaires étrangères avait annoncé, début mai dernier, le début d’un processus d’élargissement du groupe des BRICS. Dans ce cadre, des dirigeants de plusieurs pays en développement, dont l’Arabie Saoudite, l’Egypte, l’Indonésie, l’Argentine, le Nigeria, l’Algérie et la Thaïlande, avaient participé, le 23 mai, à une conférence virtuelle baptisée « BRICS Plus », et présentée par Pékin comme « une nouvelle phase du processus de l’élargissement des BRICS ».

Aujourd’hui, le groupe des BRICS représente 42 % de la population de la planète (3,2 milliards de personnes) et environ 25 % du produit intérieur brut (PIB) mondial. Mais ses membres ne disposent que de 15 % des droits de vote à la Banque mondiale et au Fonds monétaire international (FMI). Un éventuel élargissement du bloc des économies émergentes pourrait accroître son influence et son poids dans les organes de gouvernance mondiale.
agenceecofin.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Get in Touch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get in Touch

0FansJ'aime
3,695SuiveursSuivre
20,500AbonnésS'abonner

Latest Posts

%d blogueurs aiment cette page :