Pétrole : Les raisons de la chute du prix du baril

Le pétrole sous la barre des 30 dollars ! Hier, les cours de l’or noir ont encore chuté à la séance de New York, s’inscrivant dans la tendance baissière qui a atteint, en 2015, plus de 30 % et près de 20 % depuis le début de l’année. Le pire est à craindre, selon les prévisions, la banque d’investissement Morgan Stanley qui s’attend à un baril entre 20 et 25 dollars du fait d’une appréciation du dollar. Qui l’eût cru, il y a quelques années. Un coup d’œil dans le rétroviseur laisse voir que cette chute vertigineuse a été enclenchée à partir de 2015, puisque le prix du baril était, à Londres, en moyenne annuelle à 79,44 dollars en 2010, avant de monter à 111,22 dollars en 2011 pour reculer faiblement à 108,63 dollars l’année suivante avant d’atteindre 99,02 dollars en 2014 (source Reuters/Dgec). En 2015, c’est le grand plongeon dans l’inconnu, avec une moyenne annuelle de 52,36 dollars le baril. L’année dernière, le prix du pétrole est entré dans une spirale de chute incontrôlée pour plusieurs raisons. D’abord, le marché a été et continue d’être inondé de pétrole alors que la demande ne suit pas, mettant sous pression les cours du baril. D’habitude, les pays exportateurs de pétrole réunis au sein de l’Opep jouaient sur la production pour contrôler les prix, souvent en leur faveur. Mais cette fois, le cartel a décidé de ne rien faire contre la surabondance de l’offre. Et ceci pour des raisons inavouées.
Le ministre de l’Energie des Emirats Arabes Unis, Suhaïl Mazroui, déclarait l’année dernière que l’Opep ne peut plus « protéger » le prix du baril, indexant la production de pétrole de schiste, le plus sérieux concurrent. Il s’agit, en fait, d’une guerre des pétroles qui ne dit pas son nom ; les poids lourds du cartel, Arabie Saoudite en tête, refusant de baisser leur production pour maintenir les cours du baril le plus bas possible, afin de bouter hors du marché les producteurs de pétrole de schiste, principalement les Etats-Unis. Le coût d’exploitation du pétrole de schiste étant plus élevé, des prix très bas sur le marché signifieraient que ceux qui s’aventureraient à exploiter le pétrole de schiste le feraient à leur perte.
En d’autres temps, une tension au Proche et Moyen-Orient entraînait une flambée des cours. Mais alors, pourquoi cette fois-ci la crise entre l’Iran d’une part et l’Arabie Saoudite et ses alliés d’autre part, suite à l’exécution, le 2 janvier dernier, d’un cheikh chiite saoudien par Riyad, n’a pas eu d’effet sur les prix ? Selon Téhéran, de retour sur le marché suite à la levée de l’embargo pétrolier imposé par les Occidentaux, à la faveur de l’accord sur le nucléaire, les Saoudiens inondent le marché pour tirer plus vers le bas les cours dans le seul but de réduire leurs recettes pétrolières vitales. « Un complot », crie le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, ourdi par les Saoudiens et leurs alliés. Une autre cause de la chute des cours du baril, c’est la mauvaise passe que traverse l’économie chinoise, ce qui se traduit négativement sur le marché.
En tout cas, certains pays dépendants des recettes pétrolières comme le Nigéria commencent à souffrir sérieusement de cette situation. Le Ghana, rapporte l’agence Ecofin, pourrait perdre jusqu’à 200 millions de dollars en recettes pétrolières prévues pour cette année, selon un analyste, Accra ayant tablé sur une estimation du brut à 53 dollars le baril. Et ce n’est pas pour rien que le ministre nigérian des Ressources pétrolières a appelé à une réunion extraordinaire de l’Opep en début mars. Une proposition rejetée aussitôt par son homologue des Emirats Arabes Unis. « L’appel nigérian à une réunion anticipée de l’Opep serait quelque chose de constructif si cela aboutissait vraiment à un sommet et à un changement de politique, mais rien ne dit que l’Arabie saoudite et ses plus proches alliés, comme les Emirats Arabes Unis, acceptent même d’en discuter », a confié à l’Afp Tim Evans, de Citi. Le Sénégal qui espère exploiter son or noir bientôt, espère une météo des prix beaucoup plus clémente.

Par Malick CISS / lesoleil.sn

Get in Touch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get in Touch

0FansJ'aime
3,427SuiveursSuivre
19,900AbonnésS'abonner

Latest Posts

%d blogueurs aiment cette page :