A Kédougou, la mission de l’agriculture se réjouit du comportement des cultures dans la région

C’est dans le cadre d’une mission du ministère de l’agriculture et de l’équipement rural

que les agents de la direction dudit ministère se sont rendus dans la région de Kédougou le dimanche 6 octobre 2019, pour constater l’état d’avancement des cultures et de s’enquérir des difficultés des producteurs.

Après les régions du centre du Sénégal, la mission s’est rendue dans le sud Est notamment à Tambacounda et à Kédougou. Les départements de Saraya, Salémata et Kédougou ont été les étapes visitées et les techniciens se sont réjouis du comportement des différentes spéculations précisément le riz.
«Nous avons sillonné depuis 8 jours les régions de Fatick, de Kaffrine de Tambacounda et de Kédougou, où nous avons constaté de visu ce qui a été fait sur le terrain par l’Etat, l’accompagnement à travers les producteurs et l’état des cultures » a indiqué Djibril Diagne technicien à la direction du ministère de l’agriculture.

Selon M. Diagne les cultures se portent bien avec les efforts fournis par l’Etat dans la mise en place à temps des différentes spéculations et des intrants malgré l’enclavement de la région. A en croire le technicien, le retard de la pluviométrie a été rattrapé, ce qui fait que les cultures ont pu se développer comme il le faut aux derniers mois.

L’autre inquiétude des producteurs est liée à l’insuffisance de l’engrais triple 15 et de l’urée, mais le technicien a laissé entendre que des efforts sont faits dans ce sens par l’Etat du Sénégal mais là où ça fausse c’est au niveau des initiatives paysannes que l’Etat ne prend pas en compte a-t-il affirmé.

A son avis, les producteurs augmentent leurs superficies de champs après l’expression des besoins des différentes zones surtout quand ils voient le profil de l’hivernage propice, mais poursuit Djibril Diagne « le ministère va prendre la question en charge »

Revenant sur la question de la culture bio et de l’agroforesterie, il a aussi fait retenir que c’est des pratiques un peu difficiles et le challenge est l’autosuffisance en riz ou la sécurité alimentaire. Toutefois, dit-il, « certains producteurs des régions comme Fatick et Kaffrine ont été formés dans la culture bio et l’agroforesterie pour atteindre les résultats escomptés ».

Et interpellé sur la date des récoltes, Djibril Diagne a fait savoir que certains producteurs ont déjà entamé la récolte du riz « nérica » a enfin informé Djibril Diagne.
Cheikhou KEITA : actuprime.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.