De plus en plus de jeunes à la recherche de débouchés dans l’orpaillage au Sénégal

Les jeunes dans l'orpaillage au Sénégal
Image d'illustration

Selon une étude de l’ANSD consacrée au secteur extraction, on apprend que la structure par âge montre

que les individus s’activant dans cette activité sont majoritairement jeunes. En effet, plus de 71,3% d’entre eux sont âgés de moins de 35 ans dont 44,5% des hommes et 36,0% des femmes sont dans la fourchette d’âges 25 et 34 ans.

Toutefois, il est constaté une implication, dans la chaine de production, des enfants de moins de 15 ans qui représentent 0,5% du total des actifs. La proportion des filles dans cette tranche est plus importante que celle des garçons (3,0% contre 0,3%).

Les résultats montrent également que 10,0% des acteurs sont âgés de plus de 45 ans. Il est aussi noté que la majorité de la population active, aussi bien chez les hommes que chez les femmes, est composée de personnes qui se situent dans la fourchette d’âge 15-34 ans, 70,8% pour les hommes; de même pour les femmes.

Selon la même source, l’opération de dénombrement a permis d’identifier 1216 acteurs. La commune de Tomboronkoto a la part la plus importante en termes de nombre d’acteurs qui évoluent dans cette activité avec 45,1%.

Elle est suivie par la commune de Khossanto avec 22,0% des acteurs, ensuite se positionne la commune de Sabodala avec 22,5%.

Enfin, vient la commune de Nenefesha qui abrite 9,0% de pratiquants de l’orpaillage alluvionnaire. De même, l’étude monographique sur l’orpaillage au Sénégal a dénombré 6 272 unités de production évoluant dans l’activité d’extraction du minerai d’or (6 170 unités de production dans la région de Kédougou et 102 dans la région de Tambacounda),1337 unités de production s’activant dans le concassage/broyage et 1216 unités (acteurs) de l’orpaillage alluvionnaire.
La plupart des communes abritant les unités se trouvent dans la région de Kédougou et une seule d’entre elles (Sadatou) se situe dans la région de Tambacounda, plus précisément dans le département de Bakel. La région de Kédougou regroupe 98,4% des 6272 unités de production qui ont été dénombrées.

Les résultats de l’étude ont montré que la commune de Missirah Siramana occupe la première position avec 44,2% des unités de production, suivie par la commune de Bembou avec 24,4%.
En outre, l’étude fait ressortir que les communes de Khossanto, Tomborokonto et Sabodala accueillent respectivement 7,5%, 7,2% et 7,0% du nombre total d’unités.
Et enfin se positionnent les communes de Bandafassi, de Madina Baffe et de Sadatou avec des taux respectifs de 4,4%, 3,7% et de 1,6%.

Pathe TOURE / lejecos.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire