Coronavirus : Les laboratoires pharmaceutiques vont augmenter leur production de chloroquine

L’efficacité et l’opportunité de prescrire de la chloroquine ou des molécules dérivées aux patients atteints du Covid-19

sont encore âprement discutées dans le monde scientifique. Mais comme certains pays l’autorisent déjà de manière plus ou moins restrictive, les laboratoires pharmaceutiques se sont déjà saisis du sujet.

Les demandes ont explosé aux États-Unis, où Donald Trump a promu la substance, mais également en France. De quoi inquiéter les personnes qui sont déjà traitées avec ces molécules pour d’autres maladies. Mais, dans l’Hexagone, il s’agirait pour l’instant simplement de perturbations dans la distribution et des délais de livraison rallongés.

Pour le reste, il est déjà important de rappeler que la chloroquine et l’un de ses dérivés, l’hydroxychloroquine, sont des médicaments qui peuvent être dangereux s’ils ne sont pas administrés correctement. Il ne faut donc surtout pas en prendre sans avis médical. Inutile donc de se ruer en pharmacie. En France, depuis le « décret Véran », la prescription dans le cadre du Covid-19 n’est d’ailleurs possible qu’en milieu hospitalier. D’autre part, les laboratoires ont déjà annoncé une augmentation de leur production.

Un médicament « simple à produire »

Quant à savoir s’ils peuvent produire suffisamment en cas de besoin, tous les experts ne sont pas d’accord sur cette question. Et des zones d’ombre demeurent. Mais Frédéric Bizard, économiste de la santé et président de l’Institut Santé, estime qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter.

« C’est une vieille molécule utilisée contre le paludisme depuis plus de cinquante ans, explique-t-il. Donc, il y a des capacités de production importantes, parce que c’est une molécule qui est dans le domaine public. Il n’y a pas de brevet et toute société pharmaceutique peut en théorie la produire. C’est une production simple. Il y a de gros laboratoires comme Mylan ou Teva qui font du générique et qui savent produire très rapidement ce type de médicaments. »

Des usines en Asie, bien sûr, mais pas seulement. Sanofi peut a priori produire en France et en Espagne du Plaquénil à base d’hydroxychloroquine, la substance étudiée par le Dr Didier Raoult. L’usine du groupe français au Maroc fabrique un médicament à base de chloroquine. Mylan reprend sa production de l’une de ces substances aux États-Unis. La Grèce relance la fabrication également. Bref, tout le façonnage n’est pas concentré au même endroit.

Les principes actifs : la clef de la production

Le doute porte surtout sur l’approvisionnement en principe actif à plus long terme. « Le cœur du médicament vient plutôt d’Inde, explique encore Frédéric Bizard. Une société hongroise en fabrique. Mais on ne connaît pas vraiment la capacité de production du principe actif. »

D’autant que l’Inde et la Hongrie ont interdit ou du moins fortement restreint les exportations du principe actif de l’hydroxychloroquine.

Une molécule peu chère

Les avis divergent aussi sur l’égalité d’accès des pays à ces molécules. Frédéric Bizard souligne le caractère relativement démocratique de la chloroquine et de ses dérivés. « Pour l’Afrique, l’opportunité, c’est que c’est une molécule qui coûte très peu cher. Donc, on peut penser qu’à travers des aides publiques ou des dons privés, ce serait plutôt une aubaine. »

Nathalie Coutinet, enseignante et coauteure de L’économie du médicament, a davantage de doute à ce sujet. « On peut imaginer que les pays dans lesquels la molécule est produite la réquisitionneront en premier », analyse-t-elle. D’ailleurs, la France a interdit l’exportation d’hydroxyhloroquine, à titre de précaution. Le Maroc a réquisitionné des stocks.

« On peut aussi envisager qu’il y ait une bataille sur les prix, ajoute l’économiste. À ce moment-là, les Américains qui ont un prix des médicaments beaucoup plus élevé pourraient tirer leur épingle du jeu. Tous les scénarios pour le moment sont possibles. »

Dons des laboratoires

Mais pour l’instant, pas de guerre des prix. Plusieurs laboratoires ont au contraire promis de donner des médicaments. Novartis va donner jusqu’à 130 millions de doses d’ici la fin mai, Teva a promis 10 millions de doses aux États-Unis. Sanofi offre au moins 350 000 boîtes. Alors, pourquoi cette générosité ? Sanofi assure vouloir simplement apporter sa pierre à l’édifice.

Nathalie Coutinet doute cependant que cette multiplication des dons soit complètement désintéressée. « On est face à une crise sanitaire sans égal. Les laboratoires « en profitent », entre guillemets, pour redorer leur image pas mal écornée à la suite des pénuries de médicaments, à la suite des profits énormes qu’ils font, des annonces de médicaments qu’ils arrêteraient de produire pour des raisons financières. C’est sans doute ça la raison, estime l’économiste. Or, le prix de ces médicaments est modeste. Donc, c’est une belle opération de communication à un coût peu élevé pour les laboratoires. »

En tous cas, parier sur une augmentation de la production avant même d’avoir confirmation des études représenterait un risque contenu. Les médicaments étant prescrits pour soigner d’autres maladies.
rfi.fr
Actuprime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.