Agriculture : Les acteurs appelés à descendre sur le terrain

Pour développer l’Agriculture, il faudrait faire moins de théories et descendre sur le terrain. C’est ce que semble dire le Président de la Banque africaine de développement (BAD) Dr Akinwumi Adesina.

L'agriculture pour la sécurité alimentaire en Afrique
Le CICAD qui abrite la conférence de haut niveau sur l’agriculture

Présent à la Conférence de Haut niveau sur la Transformation de l’Agriculture, M. Adésina, y est allé d’un diagnostic sans complaisance. «Il faut un changement qualitatif dans nos politiques agricoles pour créer les conditions d’un envol agricole africain capable de porter la croissance et le développement du continent. Il est temps de libérer le potentiel agricole de l’Afrique. Tous ont fait le constat que nous sommes le continent le plus doté en ressources, en sols cultivables, en eau, mais tous aussi ont fait le constat gênant que nous sommes les plus pauvres. Il nous faut une perception différente de l’agriculture en changeant les méthodes, les stratégies pour sortir des millions de personnes de la pauvreté et les guider vers la richesse. Cette transformation peut se faire. Il nous faut moins de bureaucratie et plus d’efficacité sur le terrain. Des Etats se targuent d’avoir des augmentations de PIB à l’ordre de 20 ou de 40%, mais je n’ai jamais vu une personne manger du PIB. La croissance c’est pratique, elle n’est pas théorique », a-t-il asséné.
Et le Président de la BAD de prendre l’exemple des Pays bas et des Etats-unis d’Amérique. Car, dit-il, dans ces pays, «les riches sont des agriculteurs qui vont aux champs via des véhicules climatisés. Une fois aux champs, ils montent dans des tracteurs climatisés. A la descente ils retrouvent leur maison climatisée. Il faut arriver à faire de l’agriculture un buisines porteur. Les paysans africains ne sont pas différents de ceux d’Europe, d’Amérique ou de la Chine. C’est le niveau du soutien budgétaire qui est différent. On ne peut pas avoir faim et vouloir concurrencer Usain Bolt (athlète jamaïcain) sur les pistes », a-t-il ironisé. Saisissant la balle au rebon, le Président de la République du Sénégal dira que c’est une consigne déjà intégrée par son équipe. Et M. Macky Sall de prendre l’exemple du ministre de l’Economie, des Finances et du Plan. Selon lui, dès qu’Amadou Bâ est descendu sur le terrain pour constater de ses propres yeux ce que vivaient les paysans, il a tout de suite mobilisé un financement de près de 2 Milliard

reussirbusiness.com

Get in Touch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get in Touch

0FansJ'aime
3,502SuiveursSuivre
20,100AbonnésS'abonner

Latest Posts

%d blogueurs aiment cette page :