Tambacounda : La brigade mixte spéciale saisit une tonne de produits impropres à la consommation

Image d'illustration

La brigade régionale spéciale mixte d’intervention et de veille sanitaire de Tambacounda a saisi une tonne de produits impropres à la consommation, pour une valeur de 6 à sept millions de francs CFA, au cours de sa première opération menée le week-end dernier dans le département, a indiqué lundi le chef du service régional du commerce Khadim Ndiaye.

La brigade spéciale composée des forces de sécurité – police, gendarmerie, douane, service d’hygiène, service régional de l’élevage et service régional de pêche, sous la coordination du service du commerce, a été récemment mise sur pied par arrêté du gouverneur, sur instruction du Premier ministre, a relevé M. Ndiaye, lors d’un point de presse conjoint avec des représentants des services concernés.

L’opération a conduit, samedi et dimanche, des agents des services impliqués dans les principaux marchés hebdomadaires et permanents, dans des grandes surfaces, des boucheries, des abattoirs, des fast-foods et le long des axes routiers de la commune et du département de Tambacounda, a relevé le responsable régional du commerce.

’’Nous avons procédé à la saisie de produits alimentaires impropres à la consommation et de médicaments périmés d’une quantité estimée à une tonne’’, a dit Khadim Ndiaye.

Quinze kilogrammes de viande issue de l’abattage clandestin ou de l’importation irrégulière, ainsi que des produits contrefaits (pâtes dentifrices, piles électriques, etc.) ont aussi été retirés du marché.

A cela s’ajoutent 84 tonnes de produits introduits de manière irrégulière sur le marché. Il s’agit de produits qui, même s’ils sont aptes à la consommation, ne respectent pas certaines dispositions de la législation économique.

’’C’est des articles d’une origine inconnue, sans étiquetage, et donc sans informations sur la date de production et d’expiration. Ces produits composés d’aliments pour homme et essentiellement d’aliments de bétail, sont en cours d’analyse dans un laboratoire’’, a indiqué M. Ndiaye, notant que cinq véhicules qui transportaient ces chargements ont été immobilisés.

Les services compétents sont en train de travailler avec des pays limitrophes comme la Guinée et le Mali sur le respect de ces normes, a-t-il indiqué. Au total 54 véhicules, notamment des semi-remorques ont été contrôlés dans les deux sens du corridor Dakar-Bamako, dans le cadre de cette opération.

’’Ces résultats montrent que la commercialisation des produits impropres est un fléau dont l’éradication nécessite un renforcement de la protection à tous les niveaux’’, a commenté le coordonnateur de l’opération.

La brigade spéciale, a en sus des actions de contrôle, a mis en place un système d’alerte précoce, a-t-il dit.

Le responsable régional du commerce a noté que ces premières actions de la brigade spéciale, seront suivies d’autres qui seront dans les autres départements de la région.

M. Ndiaye a précisé que ce travail se fera parallèlement à celui de routine effectué par les différents services compétents dans leurs secteurs respectifs.

Pour Khadim Ndiaye, vu les faibles effectifs des différents services de contrôle et l’étendue du territoire régional, seule une mutualisation des forces peut aider à avoir des résultats probants.

Cette brigade qui vient de voir le jour sera permanente et mènera des actions chaque fois que de besoin, a-t-il noté.

L’objectif de cette brigade spéciale est d’assurer une meilleure protection des consommateurs à tous les niveaux, a expliqué M. Ndiaye.

Soulignant l’importance de pérenniser ce dispositif, Augustin Benjamin Pouye, agent de constatation de la douane, a relevé que dans les marchés, il a été découvert des entrepôts contenant des produits périmés, qui en l’absence de patrouilles régulières, risquent d’être écoulés sur le marché.

Les mis en cause dont les produits saisis sont irrégulièrement introduits dans le circuit, bien que propres à la consommation, sont passibles de sanctions administratives ou judiciaires.

Le chef du service du commerce a invité les populations à la vigilance, notamment concernant la date de péremption des produits qu’ils achètent. Il y a une semaine, le service régional du commerce de Tambacounda a mis la main plus de 300 cartons de jus périmés, a-t-il dit.
ADI/OID / APS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.