Les significations à retenir de la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine

Après des jours d’incertitude, Joe Biden a remporté l’élection présidentielle américaine, selon les projections de la BBC.

Au cours des quatre années de pouvoir de Donald Trump, la relation de l’Amérique avec le monde a profondément changé.
Des journalistes de la BBC à travers le monde, de Pékin à Berlin, expliquent comment la nouvelle de la victoire de M. Biden est reçue et ce que cela pourrait signifier pour les relations clés avec les États-Unis.
China

La victoire de Joe Biden représente un autre défi pour le système chinois, écrit John Sudworth à Pékin.
Vous pourriez penser que Pékin serait heureux de voir Donald Trump quitter le pouvoir. L’administration Trump a opposé à la Chine une guerre commerciale, a imposé une série de sanctions punitives, l’a harcelée et la a blâmée pour la pandémie de coronavirus.
Mais certains analystes suggèrent que les dirigeants chinois se sentent secrètement déçus. Non pas parce qu’ils ont un penchant pour M. Trump, mais parce que quatre autres années de lui à la Maison Blanche pourrait offrir une perspective alléchante. Diviseur à l’intérieur, isolationniste à l’étranger, M. Trump représente pour Pékin l’incarnation même du déclin tant attendu et espéré du pouvoir américain.
Les bulletins d’information télévisés (sous le contrôle du Parti communiste chinois) se sont concentrés non pas sur l’élection elle-même – mais sur les protestations, la rancune et la hausse des taux d’infection par le virus aux États-Unis.
La Chine pourrait, bien sûr, essayer de tirer parti de la volonté de Joe Biden de rechercher une coopération sur de grandes questions telles que le changement climatique. Mais Joe Biden a également promis de travailler pour relancer la coopération des Etats-Unis avec l’extérieur, ce qui pourrait s’avérer beaucoup plus efficace pour contraindre les ambitions de superpuissance de la Chine que l’approche de Trump.
Et une victoire de Biden offre un autre défi pour un système chinois dépourvu de contrôle démocratique. Loin d’un déclin des valeurs américaines, la transition du pouvoir elle-même est la preuve que ces valeurs perdurent.
Inde
Les racines de Kamala Harris sont une source de fierté en Inde, mais Narendra Modi pourrait recevoir un accueil plus glacial de la part de M. Biden par rapport à son prédécesseur, Rajini Vaidyanathan écrit de Delhi.
L’Inde est depuis longtemps un partenaire important des États-Unis et l’orientation globale de ces relations ne changera probablement pas sous une présidence Biden.
La nation la plus peuplée d’Asie du Sud restera un allié clé dans la stratégie indo-pacifique américaine visant à freiner la montée de la Chine et à lutter contre le terrorisme mondial.

Cela dit, la relation entre M. Biden et le Premier ministre indien Narendra Modi pourrait être plus difficile à saisir. M. Trump s’est abstenu de critiquer les politiques intérieures controversées de M. Modi – qui, selon beaucoup, discriminent les musulmans du pays.
M. Biden a été beaucoup plus franc. Son site Web de campagne appelait à la restauration des droits de tous au Cachemire et critiquait le registre national des citoyens (NRC) et la loi d’amendement de la citoyenneté (CAA) – deux lois qui ont déclenché des manifestations de masse.
La nouvelle vice-présidente Kamala Harris – à moitié indienne elle-même – s’est également prononcée contre certaines des politiques du gouvernement nationaliste hindou. Mais ses racines indiennes susciteront des célébrations de masse dans une grande partie du pays. Que la fille d’une Indienne née et élevée dans la ville de Chennai soit bientôt vice-présidente des Etats-Unis est un moment d’immense fierté nationale.
Les deux Corées
La Corée du Nord a un jour décrit M. Biden comme un «chien enragé» – mais maintenant Kim Jong-un fera des calculs minutieux avant d’essayer de provoquer le nouveau président américain, écrit Laura Bicker à Séoul.
Il est probable que le président Kim aurait préféré quatre autres années de Donald Trump.
La rencontre sans précédent entre les deux dirigeants a permis d’incroyables séances de photos pour les livres d’histoire, mais très peu de décisions importantes en sont sorties. Aucune des deux parties n’a obtenu ce qu’elle voulait de ces pourparlers: la Corée du Nord a continué à développer son arsenal nucléaire et les États-Unis ont continué d’appliquer des sanctions strictes.
En revanche, Joe Biden a demandé à la Corée du Nord de montrer qu’elle est prête à abandonner son programme d’armes nucléaires avant toute rencontre entre lui et Kim Jong-un. De nombreux analystes estiment qu’à moins que l’équipe de M. Biden n’entame très tôt des pourparlers avec Pyongyang, les jours de «feu et de fureur» pourraient revenir.

M. Kim voudra peut-être attirer l’attention de Washington avec un retour aux essais de missiles à longue portée, mais il ne voudra pas augmenter les tensions avec les Etats-Unis. Son pays déjà appauvri ne souhaite pas des sanctions supplémentaires.
La Corée du Sud a déjà averti le Nord de ne pas s’engager dans une voie provocatrice. Séoul a peut-être eu du mal à traiter avec Donald Trump à certains moments – mais le président Moon tient à mettre fin à la guerre de 70 ans dans la péninsule coréenne et il a félicité M. Trump d’avoir eu le «courage» de rencontrer M. Kim. Le Sud surveillera de près tout signe indiquant que M. Biden est prêt à faire de même.
Royaume-Uni
La «relation spéciale» entre les États-Unis et le Royaume-Uni pourrait subir un déclassement avec Joe Biden au pouvoir, écrit la correspondante politique Jessica Parker à Londres.
Ils ne seront pas considérés comme des alliés naturels: Joe Biden, le démocrate chevronné, et Boris Johnson, le Brexiteer explosif.
En essayant de voir comment leur future relation pourrait fonctionner, il y a lieu de considérer le passé. Plus précisément cette année charnière, 2016, lorsque Donald Trump entre à la Maison Blanche et que le Royaume-Uni vote pour quitter l’UE. Joe Biden et son patron de l’époque, Barack Obama, n’ont pas caché qu’ils auraient préféré un autre résultat sur le Brexit.
Les récentes manœuvres du gouvernement britannique concernant le Brexit ne se sont pas bien passées avec les démocrates et le lobby irlandais. Même le président élu américain. M. Biden a déclaré qu’il ne permettrait pas à la paix en Irlande du Nord de devenir une « victime du Brexit » s’il était élu – affirmant que tout futur accord commercial entre les États-Unis et le Royaume-Uni serait subordonné au respect de l’accord du Vendredi saint.
Rappelez-vous comment Donald Trump a qualifié Boris Johnson de « Britain Trump »? Eh bien, M. Biden semble être d’accord, décrivant une fois le Premier ministre britannique comme le « clone physique et émotionnel » de M. Trump. Il est donc possible que Joe Biden soit au départ plus désireux de parler à Bruxelles, Berlin ou Paris qu’à Londres. La « relation spéciale » pourrait, dans la pratique, faire l’objet d’un déclassement.
Cependant, les deux hommes peuvent encore trouver un terrain d’entente. Après tout, les deux pays qu’ils dirigent entretiennent des relations diplomatiques de longue date et profondes, notamment dans les domaines de la sécurité et du renseignement.
Russie
Une administration plus prévisible pourrait être plus intéressante pour la Russie, cela peut être le cas avec la victoire de M. Biden, écrit Steven Rosenberg à Moscou.
Le Kremlin a un sens aigu de l’audition. Ainsi, lorsque Joe Biden a récemment qualifié la Russie de « plus grande menace » pour l’Amérique, il a été entendu haut et fort à Moscou.
Le Kremlin a également une longue mémoire. En 2011, le vice-président Biden aurait déclaré que s’il était M. Poutine, il ne se présenterait pas à nouveau à la présidence: ce serait mauvais pour le pays et pour lui-même. Le président Poutine ne l’aura pas oublié.
Les relations entre M. Biden et M. Poutine ne se jouent pas dans un paradis géopolitique. Moscou craint que la présidence de Biden n’entraîne davantage de pression et de sanctions de la part de Washington. Avec un démocrate à la Maison Blanche, pourrait-il être temps de récupérer l’intervention présumée de la Russie lors des élections américaines de 2016?

Un journal russe a récemment affirmé que sous M. Trump, les relations américano-russes avaient plongé « dans les fonds marins ». Il a comparé M. Biden à quelqu’un qui allait «creuser encore plus». Il n’est pas étonnant que Moscou ait ce sentiment de naufrage.
Mais pour le Kremlin, il pourrait y avoir une lueur d’espoir. Les commentateurs russes prédisent qu’une administration Biden sera, au moins, plus prévisible que l’équipe Trump. Cela pourrait faciliter la conclusion d’un accord sur des questions urgentes, comme New Start – le traité crucial de réduction des armements nucléaires entre les États-Unis et la Russie qui expire en février prochain.
Moscou voudra sortir de l’ère Trump et essayer de construire une relation de travail avec la nouvelle Maison Blanche. Il n’y a aucune garantie de succès.
Allemagne
Les Allemands espèrent un retour à la normale avec leur allié clé une fois que Donald Trump sera parti, écrit Damien McGuinness à Berlin.
L’Allemagne pousse un soupir de soulagement en réaction à un tel résultat.

Seulement 10% des Allemands font confiance au président Trump en matière de politique étrangère, selon le Pew Research Center. Il est plus impopulaire en Allemagne que dans tout autre pays sondé. Même le Russe Poutine et le Chinois Xi Jinping sont mieux apprécié en Allemagne.
Le président Trump est accusé de saper le libre-échange et de démanteler les institutions multinationales sur lesquelles l’Allemagne compte économiquement. Ses disputes avec la Chine ont ébranlé les exportateurs allemands et il a une relation notoirement médiocre avec la chancelière Angela Merkel – il est difficile d’imaginer deux dirigeants plus différents dans leur éthos et leur personnalité. Les politiciens et les électeurs allemands ont été choqués par son style, son approche non conventionnelle des faits et ses attaques fréquentes contre l’industrie automobile allemande.

Malgré cela, les États-Unis sont le plus grand partenaire commercial de l’Allemagne et les relations transatlantiques sont essentielles pour la sécurité européenne. La présidence Trump a donc été une aventure difficile. Les ministres allemands ont critiqué les appels du président Trump à l’arrêt du dépouillement et ses allégations non fondées de fraude électorale. La ministre de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer a qualifié la situation d ‘ »explosive ».
On est conscient ici que les différences politiques majeures entre Washington et Berlin ne disparaîtront pas sous une présidence Biden. Mais Berlin a hâte de travailler avec un président qui valorise la coopération multilatérale.
Iran
Une victoire de Biden pourrait ramener Téhéran à la table des négociations, écrit Kasra Naji, correspondante de BBC Persian Service.
Dans les semaines qui ont précédé les élections américaines, le président Trump a déclaré avec un certain optimisme qu’une fois réélu, le premier appel téléphonique qu’il recevait proviendrait des dirigeants iraniens demandant à négocier.
Cet appel téléphonique à M. Trump – s’il avait gagné – n’allait jamais se produire. Négocier avec l’administration Trump aurait été impossible pour l’Iran; ce serait trop humiliant.
Sous le président Trump, les sanctions américaines et une politique de pression maximale ont laissé l’Iran au bord de l’effondrement économique. M. Trump s’est retiré de l’accord nucléaire. Pire encore, il a ordonné l’assassinat du général Qasem Soleimani, un ami proche du guide suprême l’ayatollah Ali Khamenei. Venger son meurtre reste en tête et à l’ordre du jour des extrémistes.

L’élection de Joe Biden faciliterait beaucoup une ouverture de négociations avec l’administration américaine pour l’Iran. Le président élu Biden a dit qu’il voulait utiliser la diplomatie et revenir à l’accord nucléaire avec l’Iran.
Mais les extrémistes iraniens ne viendront pas facilement à la table. Alors que les Américains se rendaient aux urnes le 3 novembre, le guide suprême a affirmé que les élections n’auraient «aucun effet» sur la politique de Téhéran. « L’Iran a suivi une politique raisonnable et calculée qui ne peut pas être affectée par les changements de personnalités à Washington », a-t-il déclaré.
Des millions d’Iraniens ont pensé différemment alors qu’ils regardaient tranquillement les élections américaines sur leurs écrans de télévision par satellite (illégalement), convaincus que leur avenir dépend des résultats et espérant qu’une victoire de Biden verrait les sanctions assouplies.
Israel
On s’attend à une réinitialisation d’une grande partie de la politique de Donald Trump au Moyen-Orient, écrit Tom Bateman à Jérusalem.
Le président Trump a suralimenté les deux pôles du Moyen-Orient. Il a cherché à récompenser et à consolider les alliés régionaux traditionnels de l’Amérique, tout en isolant ses adversaires de Téhéran.
Le président élu Biden tentera de rétablir la politique américaine au Moyen-Orient comme il l’avait laissée quand il était vice-président sous Barack Obama: assouplir la campagne de «pression maximale» de M. Trump sur l’Iran et revenir à l’accord nucléaire de 2015 abandonné par le Maison Blanche il y a deux ans.
Cette perspective horrifie Israël et les pays du Golfe comme l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Un ministre israélien a déclaré en réponse à la victoire probable de M. Biden que la politique se terminerait par « une violente confrontation israélo-iranienne, car nous serons contraints d’agir ».
Le résultat modifie également radicalement l’approche américaine du conflit israélo-palestinien. Le plan de M. Trump a été considéré comme fortement favorable à Israël et lui donnant la possibilité d’annexer des parties de la Cisjordanie occupée. Cette politique a été mise de côté au profit d’accords historiques visant à établir des liens entre Israël et plusieurs États arabes.
Cette tendance à la «normalisation» régionale est susceptible de se poursuivre sous M. Biden, mais il pourrait essayer de ralentir les ventes controversées d’armes américaines dans le Golfe et chercherait probablement plus de concessions de la part d’Israel. L’annexion semble désormais définitivement hors de propos et M. Biden s’opposera également à la poursuite de la construction de colonies israéliennes.
Mais il n’y aura pas le « demi-tour complet » exigé par un officiel palestinien cette semaine. La rhétorique reviendra à la conception traditionnelle d’une «solution à deux États», mais les chances de faire beaucoup de progrès dans le processus de paix moribond israélo-palestinien semblent minces.

Egypte
Les militants des droits de l’homme espèrent beaucoup que l’administration Biden augmentera la pression sur l’Égypte au sujet des droits de l’homme, écrit Sally Nabil au Caire.
Le président égyptien, soutenu par l’armée, Abdul Fattah al-Sissi entretenait de très bonnes relations avec Donald Trump. Il aurait été préférable pour lui de garder un ami à la Maison Blanche, mais il va maintenant devoir commencer un nouveau chapitre avec Joe Biden.
Les critiques du président Sissi ont accusé l’administration Trump de fermer les yeux sur ses présumées violations des droits humains. L’Égypte reçoit 1,3 milliard de dollars d’aide militaire américaine par an. En 2017, une petite tranche de cette aide a été suspendue pour non respect des droits humains mais a été débloquée l’année suivante.
Joe Biden entrant à la Maison Blanche est considéré en Egypte comme une bonne nouvelle par de nombreux groupes de défense des droits humains. Les militants espèrent que la nouvelle administration américaine fera pression sur le gouvernement égyptien pour qu’il change sa politique autoritaire envers l’opposition – avec « des dizaines de milliers de prisonniers politiques » selon les défenseurs des droits de l’homme. Les autorités égyptiennes ont toujours nié l’existence de prisonniers d’opinion dans le pays, contestant la crédibilité des rapports critiques sur les droits de l’homme.
«Les relations américano-égyptiennes ont toujours été stratégiques, quel que soit celui qui occupe le bureau ovale», déclare Ahmed Sayyed Ahmed, analyste politique. « Le partenariat se poursuivra, mais la rhétorique des démocrates sur les droits de l’homme pourrait ne pas être bien accueillie par certains Egyptiens, qui y voient une ingérence dans les affaires de leur pays. »
Cuba
Après des sanctions sévères, la victoire de Joe Biden apporte un soulagement, écrit Will Grant, correspondant de la BBC à Cuba.
Une présidence Biden est exactement ce que la plupart des Cubains espéraient. En effet, la majorité des habitants de l’île verraient avec plaisir presque tout le monde à la Maison Blanche sauf Donald Trump. Ses sanctions ont entraîné de réelles difficultés et les Cubains sont épuisés après quatre ans d’hostilité incessante.
Joe Biden, de son côté, ravive les souvenirs du récent point culminant des relations cubano-américaines sous le président Obama. En fait, l’ancien vice-président aurait contribué à rendre les deux années de détente possibles.

Le gouvernement communiste de La Havane continuera sans aucun doute à dire que tous les présidents américains sont essentiellement  »coupés du même tissu ». Mais parmi les gens qui font la queue pour les produits de base et qui luttent pour joindre les deux bouts, le sentiment dominant sera néanmoins un grand soulagement.
Le seul inconvénient du point de vue cubain. M. Biden est maintenant bien conscient de la façon dont le traitement dur du président Trump à Cuba a été positif pour les électeurs dans l’Etat clé de la Floride. Les cubains craignent qu’il ne soit beaucoup moins enclin à assouplir certaines des mesures prises par M. Trump.
Canada
Justin Trudeau verra un allié en son nouveau voisin, écrit Jessica Murphy à Toronto.
Le Premier ministre canadien s’est engagé à approfondir les relations avec les États-Unis, quel que soit le vainqueur de l’élection présidentielle – mais il est probable qu’un soulagement a été ressenti à Ottawa lorsqu’il est devenu clair que le démocrate Joe Biden avait remporté la victoire.
Les relations du Canada avec les États-Unis ont été difficiles sous le président Trump, mais il y a eu des réalisations. Il s’agit notamment de la renégociation réussie de l’Accord de libre-échange nord-américain, avec le Mexique.
Mais Justin Trudeau a clairement indiqué qu’il ressentait une parenté politique avec l’ancien président Barack Obama – qui l’a soutenu lors des récentes élections fédérales canadiennes. Ce sentiment de chaleur s’étend à l’homme qui a été vice-président de M. Obama – Joe Biden.
En M. Biden, le Parti libéral de M. Trudeau trouvera un allié sur des questions comme le changement climatique et le multilatéralisme. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’opportunités de friction avec son administration. Le président Trump a autorisé la construction de l’oléoduc Alberta-Texas Keystone XL, un projet considéré comme essentiel pour le secteur énergétique en difficulté du Canada – mais le président élu Biden s’oppose au projet.
Et le plan économique «Buy American» de Joe Biden pour relancer l’industrie américaine après la pandémie de coronavirus sera une préoccupation étant donné la profonde dépendance du Canada à l’égard du commerce avec les États-Unis.
bbc.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.