Putsch: un nouvel enregistrement relance la polémique au Burkina

L’affaire dite de «l’écoute téléphonique» continue d’animer les débats sur les réseaux sociaux et dans la presse en ligne au Burkina Faso. Chacun y va de son commentaire. Un deuxième document d’un peu plus d’une minute a été publié. On y reconnait les mêmes voix mais le contenu de la conversation diffère du premier. Les autorités de transition n’ont pour le moment pas réagi.

C’est un document audio qui n’est pas authentifié et ne le sera sans doute jamais. On y entend deux hommes évoquer longuement et en détail les moyens d’éviter l’échec du putsch de Gilbert Diendéré au Burkina Faso, au moment crucial où ce putsch est dans l’impasse. L’un d’eux propose d’organiser des opérations de déstabilisation armées et d’offrir pour cela au second d’importants moyens financiers. Les voix des deux hommes sont-elles celles du Burkinabé Djibrill Bassolé, ministre des Affaires étrangères au moment de la chute de Blaise Compaoré et de l’ex-Premier ministre ivoirien Guillaume Soro, président de l’Assemblée nationale ivoirienne ?

Jusque-là, pas de réaction officielle du côté des autorités burkinabè. Seules certaines sources sécuritaires affirment que le premier enregistrement est authentique. Ces sources indiquent que le document sonore date de la période où les troupes loyalistes préparaient l’assaut contre l’ex-régiment de sécurité présidentielle. Pour deux journalistes que RFI a rencontrés, la publication de l’enregistrement met les autorités burkinabè dans une position très délicate.

Avec RFI

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.