Lancement du processus de numérisation des documents de transport au Sénégal

La numérisation des documents de transport au Sénégal
Image d'illustration

A travers le lancement du processus de numérisation des documents de transport routier

, la mise en service d’Afrique Dem Dikk et le renouvèlement du parc de transport routier, le président de la République vient de lancer le mouvement irréversible de la modernisation du secteur du transport.

Relever le défi de la croissance passe par des infrastructures structurantes, mais aussi par un service de transport qui réponde aux normes internationales. Dans cette veine, le président de la République a présidé, hier, la cérémonie de lancement des nouveaux documents de transport routier et plaques d’immatriculation sécurisés, suivie de la remise de clefs de taxis et de gros-porteurs. Notamment 70 taxis de l’aéroport international Blaise Diagne (Aibd) et 72 véhicules gros-porteurs, dans le cadre du programme de renouvellement du parc automobile sénégalais.

Il s’agit, selon le chef de l’Exécutif, de doter le Sénégal d’un système de transport répondant aux standards internationaux. Ces véhicules, souligne Macky Sall, visent à améliorer les conditions de confort et de sécurité de la population. Ces 72 gros-porteurs viennent s’ajouter à un premier lot de 73 camions livrés en 2016. A terme, le gouvernement compte mettre en circulation 3 000 gros-porteurs.

Une vingtaine de bus pour Sénégal Dem Dikk

Le renouvellement est d’autant plus nécessaire que, sur 35 000 véhicules du parc automobile actuel, 29 000 ont plus de 20 ans, soit près de 79 %. ‘’Depuis 2012, 1 250 minibus et 475 bus pour le renforcement de Dakar Dem Dikk ont été mis en service. Une quinzaine de bus sont affectés pour le transport Afrique Dem Dikk, pour voyager dans certains pays de la sous-région. Il faudra que ce service avec les pays limitrophes soit assuré.

Dans cet élan, la région de Dakar bénéficiera, très prochainement, de 400 minibus à travers la première phase d’un projet de 800 véhicules dédiés aux opérateurs privés de l’Aftu’’, a dit M. Sall. Le président annonce la réception, avant la fin de l’année 2018, d’un premier lot de 542 véhicules acquis dans le cadre de la coopération avec l’Inde, sur le volet interurbain.

Avec ce projet de lancement de nouveaux documents de transport routier et plaques d’immatriculation sécurisés, le Sénégal disposera d’infrastructures modernes, les plus fiables dans le monde. Ces documents concernent la carte grise et les plaques d’immatriculation, les autorisations de transport et le permis de conduire. ‘’Ils constituent aussi un outil performant qui vient apporter une solution durable aux problèmes récurrents notés dans la production des documents du transport. Il permettra de disposer des documents sécurisés et personnalisés, de lutter contre la fraude. Il favorisera aussi l’interconnexion aux différents acteurs pour la centralisation des données dans des conditions régulières avec des statistiques fiables. Les forces de l’ordre seront dotées d’outils pour faciliter leur tâche’’, renseigne Macky Sall.

‘’Le Sénégal reste encore le seul pays de la Cedeao à avoir cette carte’’

Le président de la République demande à son gouvernement de promouvoir davantage le partenariat public-privé qui constitue un formidable moyen de modernisation du secteur des transports. ‘’Sous peu, tous les Sénégalais qui bénéficieront du permis de conduire biométrique pourront disposer de cette optique sécurisée qui renferme des données biométriques qui ne seront pas falsifiables. Le Sénégal reste encore le seul pays de la Cedeao à avoir cette carte’’, se félicite le chef de l’Etat.

Poursuivant son exhortation à son gouvernement, il a demandé à ses ministres de procéder à un renforcement de capacités des agents de l’administration des transports, d’abandonner le traditionnel système de passage de permis de conduire, de faire tout pour que ce dispositif soit modernisé. Le président Macky Sall a aussi fait part de sa volonté de garantir aux entreprises du transport un cadre propice au développement d’une activité de transport rentable.

Revenant sur les infrastructures, le chef de l’Etat a confié que, depuis 2012, le gouvernement a réalisé 1 362 km de routes. Un programme de 221 km d’autoroutes sera mis en service avant décembre 2018. A cela, il faut ajouter les autres programmes, dans ce secteur, qui tournent autour de 512 km à l’horizon 2022.

CHEIKH THIAM / enqueteplus.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire