Côte d’Ivoire: face à la mutinerie, l’armée envoyée à Bouaké

Mutinerie à Bouaké
Image d'illustration

Le gouvernement ivoirien a envoyé l’armée à Bouaké dimanche pour rétablir l’ordre face aux soldats mutinés qui contrôlent la ville. Un civil qui manifestait contre ces mutins est décédé des suites d’une blessure par balles.

Bouaké est de nouveau le centre d’une mutinerie de soldats en Côte d’Ivoire. Dimanche 14 mai, des soldats de l’armée ivoirienne patrouillaient toujours dans la deuxième ville du pays en tirant en l’air pour empêcher la population de sortir de chez elle. Les forces gouvernementales ivoiriennes ont lancé une opération militaire de « rétablissement de l’ordre ».

« Ces actes d’une extrême gravité sont contraires à la mission de protection assignée aux forces armées. En conséquence, une opération militaire est en cours pour rétablir l’ordre », a annoncé dimanche soir le chef d’état-major de l’armée, le général Sékou Touré, dans un communiqué. Jusqu’à présent, les forces fidèles au gouvernement du président Alassane Ouattara s’étaient tenues à l’écart de ces actes de protestation.

Les mutins ont indiqué par la voix de leur porte-parole, le sergent Seydou Koné, qu’ils refusaient de déposer les armes. « Ils nous ont demandé de déposer les armes et de nous rendre. Nous avons refusé et nous demandons notre argent. Nous les attendons », a déclaré le sous-officier.

Un mort lors de manifestations anti-mutins

Lors d’une manifestation des habitants de Bouaké contre ce mouvement, cinq personnes ont été blessés par balle. L’un d’eux est décédé. »Issouf Diawara (…) est finalement mort des suites de ses blessures par balle. Je suis un homme effondré. Sachez que je suis seul aujourd’hui après la mort de mon grand frère », a affirmé à l’AFP son jeune frère Souleymane Diawara.

Les soldats aujourd’hui mutinés ont soutenu le président Alassane Ouattara lors de la crise de 2010-2011 contre l’ex-président Laurent Gbagbo, qui refusait de reconnaître sa défaite électorale, avant d’être intégrés à l’armée. Ils réclament les reliquats des primes promises par le gouvernement en janvier après leur première mutinerie.

france24.com avec AFP et Reuters

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.