Kédougou : la population s’unit autour du mouvement « Synergie pour un Kédougou Émergent »

Convaincu du retard pour son envol, l’un des fils de la région Mamadou Cissokho vient de lancé un mouvement

dénommé « Synergie pour un Kédougou Émergent ». Ce mouvement, selon M. Cissokho est né d’une volonté patriotique après un tête à tête qu’il a eu en France avec le responsable de la chambre des métiers de Paris. Ce dernier lui a confirmé tout son engagement et sa disponibilité de le soutenir à développer la région de Kédougou mais dit-il avec des projets concrets et d’une organisation digne de ce nom a fait savoir l’initiateur à l’assistance.

C’est après cet engagement avoué, que M. Cissokho s’est aussi efforcé à décliner son ambition à sa population qui n’est pas tout simplement de compter sur l’or de la région mais d’aller au-dela en invitant les jeunes et les femmes à la création de ce mouvement « Synergie pour un Kédougou Émergent », s’appuyant tout au plus sur l’agriculture, l’élevage.

À travers ce mouvement, il entend désormais transcender les clivages politiques pour mettre en avant l’intérêt de Kédougou a-t-il indiqué, mais bien évidemment avec le concours de tous les fils de la région poursuit-il. À en croire M. Cissokho, le mouvement se veut appolitique et c’est dans ce sens qu’il a montré que le mouvement prend surtout en compte les initiatives personnelles et va oeuvrer pour la formation des jeunes dans différentes filières avec le Lycée technique industirel et minier de Kédougou et aider en outre les groupements à bénéficier des financements laisse-il entendre.

Avec l’appui des partenaires de Paris, affirme l’initiateur, d’autres projets pourront être entrepris dont la construction de forages et l’électrification pour sortir Kédougou de l’ornière. » Kédougou souffre énormément de pénurie d’eau en saison sèche » martèle-t-il.

Mais les secteurs les plus visés reste l’agriculture et l’élevage. Pour lui, ces secteurs sont non négligeables. C’est dans cette optique que Mamadou Cissokho a beaucoup insisté sur la formation des jeunes sur place aux métiers et travailler dans la région afin d’échapper aux dérives de l’émigration clandestine. Il n’a pas occulté le contexte de la pandémie de la COCID-19 qui a surtout rendu difficile l’accès aux services sociaux de l’Etat notamment le promoville.

Cheikhou KEITA : actuprime.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.