Une centaine de morts après l’attaque d’un village dogon dans le centre du Mali

Le centre du Mali est une nouvelle fois endeuillé après une attaque meurtrière.

Des hommes armés ont tué au moins 95 personnes dans le village dogon de Sobane, près de la ville de Sangha, dans le cercle de Bandiagara. Une action qui n’a pas encore été revendiquée.

Lorsque les assaillants sont venus dans le hameau de Sobane, situé dans la commune rurale de Sangha, les autochtones ont, dans un premier temps, pensé à des voleurs de bétail et se sont alors cachés dans des cases.

Très rapidement, des hommes armés ont montré leur vrai visage. Ils étaient venus pour tuer. A l’aide d’armes blanches et de fusils automatiques, ils se sont attaqués aux 300 habitants. Ils ont également brûlé de nombreuses cases. A l’intérieur, il y a avait notamment des femmes et des enfants.

Selon un témoin, à l’est du hameau, un groupe d’hommes tentait de défendre ce village dogon. Tous auraient été massacrés.

Ce lundi, selon un bilan provisoire, au moins 95 civils ont été tués et des survivants traumatisés. Il y a, au moins, 9 blessés graves, « des brûles », précise un élu de la région.

Après la tragédie, le deuil s’est installé, non seulement sur place mais aussi dans les localités voisines ainsi qu’à Bamako.

En l’absence du président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, en voyage, c’est le Premier ministre Boubou Cissé qui gère directement la situation. Il a fait publier un communiqué et dépêché sur place un renfort de troupes ainsi qu’une délégation. A Bamako, il dirige une cellule de crise.

Seule une cinquantaine d’habitants ont répondu présents

Joint par RFI, Kénékou Dara, propriétaire du campement touristique « Amitié Dogon », situé à 17 km de Sobane, se trouve dans la localité depuis 6h00 du matin ce lundi, avec les militaires. Il indique que l’attaque a duré « de 17h00 à 1h00 du matin » avant de confirmer que « 95 corps calcinés » ont été trouvés et que parmi les 300 personnes que comptait le village, « seules 56 personnes ont répondu « à l’appel que l’armée a essayé de lancer ».

Les violences dans le centre du Mali sont régulières. Le 23 mars dernier, le massacre d’Ogossagou avait provoqué une onde de choc. Le gouvernement avait alors annoncé le démantèlement des milices d’auto-défense et le démarrage d’un vaste programme de désarmement.

« Le seuil de l’intolérable est atteint »

Yaya Sangaré, ministre malien de la Communication pointe du doigt les terroristes et appelle à l’apaisement pour éviter une nouvelle escalade de la violence. Une enquête est en cours. Le président Ibrahim Boubacar Keïta doit se rendre sur place dans les jours qui viennent.

La Minusma n’a pas non plus tardé à réagir à ce nouveau massacre. Le chef de l’opération des Nations unies au Mali se dit choqué et outré par cette nouvelle attaque. « Le seuil de l’intolérable est atteint et le temps d’un sursaut national s’impose », écrit Mahamat Saleh Annadif. La Minusma prendra toute sa part de responsabilité, précise le chef de la Minusma.

L’association de chasseurs dogons « Dan Nan Ambassagou » dont le gouvernement avait annoncé la dissolution, le 24 mars, au lendemain du massacre d’Ogossagou, a condamné un « acte terroriste et génocidaire intolérable »

Prudence sur l’identité des assaillants

Qui est donc derrière cette nouvelle attaque meurtrière, dans le centre du Mali ? Joint par RFI, Ibrahim Maïga, chercheur à l’Institut d’études de sécurité, basé à Bamako, reste très prudent sur l’identité des assaillants.
rfi.fr
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.