Mali : le déploiement du groupe Wagner condamné par la France et ses partenaires européens et le Canada

Dans un communiqué commun le Canada et 14 pays d’Europe, dont la France, estiment que le déploiement du groupe Wagner

ne peut qu’« accentuer la dégradation de la situation sécuritaire en Afrique occidentale ». Ils dénoncent l’implication de la Russie et appellent le Mali à rétablir l’ordre constitutionnel.

D’entrée de jeu les partenaires internationaux du Mali indiquent qu’ils « condamnent fermement » le déploiement du groupe Wagner sur le territoire malien. « Nous regrettons profondément la décision des autorités de transition maliennes d’utiliser des fonds publics déjà limités pour rétribuer des mercenaires étrangers au lieu de soutenir les forces armées maliennes et les services publics au bénéfice du peuple malien », indique le communiqué des 15 pays signataires. Ce déploiement ne peut qu’« accentuer la dégradation de la situation sécuritaire, jugent-ils, mener à une aggravation de la situation des droits de l’homme au Mali, menacer l’accord de paix, entraver les efforts de la communauté internationale pour assurer la protection des civils. »

Les pays signataires désignent nommément la Russie derrière ces mercenaires. « Nous avons connaissance de l’implication du gouvernement de la Fédération de Russie dans la fourniture d’un soutien matériel au déploiement du groupe Wagner au Mali et appelons la Russie à se comporter de manière responsable et constructive dans la région. »

Ces 15 pays indiquent pour autant : « Nous ne renoncerons pas à nos efforts pour répondre aux besoins de la population malienne. Nous réaffirmons notre détermination à poursuivre notre action en vue de protéger les civils, de soutenir la lutte contre le terrorisme au Sahel. »

La déclaration aborde également la question de la transition. « Nous invitons instamment les autorités maliennes de transition à entreprendre des réformes et à rétablir l’ordre constitutionnel en préparant et en organisant les élections dans les meilleurs délais comme elles s’y sont engagées devant le peuple malien, la Cédéao et la communauté internationale. »

Le texte est signé par 14 pays d’Europe, dont la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie, le Portugal, la Belgique, la Roumanie, la République tchèque, les pays baltes et scandinaves, mais aussi par le Canada.
rfi.fr
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.