Débat sur un troisième mandat : « Cette question a été réglée définitivement par la constitution » (Macky Sall)

Le débat sur une possibilité donnée par la Constitution à l’actuel président de la République

, Macky Sall, d’avoir un troisiéme mandat, n’a pas sa place. L’avis est du concerné lui-même, le chef de l’Etat, Macky Sall. Interrogé hier, vendredi 13 octobre, lors de la conférence de presse tenue avec son homologue burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, Macky Sall a dit que cette question a été réglée définitivement par la Constitution.

Avant-hier, c’était le garde des sceaux, ministre de la justice, Ismaïla Madior Fall qui disait que la Constitution est faite de telle sorte qu’il ne peut pas avoir un troisième mandat pour l’actuel locataire du Palais. Hier, vendredi 13 octobre, c’est le concerné lui-même, le président de la République, Macky Sall qui est monté au créneau pour mettre fin aux spéculations. Interrogé en marge de la conférence de presse qu’il animait en compagnie de son homologue burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, le chef de l’Etat s’est voulu clair : «Cette question a été définitivement fixée dans cette Constitution.

D’ailleurs, en 2016, ce dont il était question c’était moins le nombre de mandat que la durée. On devait passer du septennat au quinquennat. Le nombre de mandat est réglé depuis très longtemps. Pourquoi engager une discussion sur un débat de 2024 et qui n’a pas lieu d’être. Je suis dans la logique de ne pas dépasser deux mandats si le peuple sénégalais me fait confiance en 2019», rassure-t-il. Le chef de l’Etat poursuit son argumentaire en disant : «Nous devons être très sérieux lorsque nous voulons apporter une contribution positive à la marche de notre pays. Je suis encore à mon premier mandat qui finira en février 2019 plus précisément en mars avril 2019».

Pour Macky Sall, tout a été réglé par le référendum de 2016. «Nous avons, il y’a un an, engagé une réforme majeure de la Constitution par voie référendaire. C’était pour arrêter le débat puisque nous avions une majorité totalement qualifiée au parlement, mais nous avions choisi de consulter directement le peuple. C’est une réforme très sérieuse, très constructive, consolidant de la Constitution pour régler principalement la question de la durée et du nombre de mandats du président de la République, ainsi que du mode d’élection».

MACKY CRIE HARO SUR LES INTELLECTUELS…

Le chef de l’Etat souhaite que la polémique s’estompe. Il se demande même pourquoi trop d’attention est accordée aux débats infructueux. «Ce qui m’étonne dans ce pays, c’est quand on travaille on crée une polémique qui risque de retarder l’œuvre entreprise. Les intellectuels aiment créer la polémique. Ils soulèvent un débat et chacun y donne son point de vue. Je souhaite qu’on n’engage pas le pays dans un débat qui nous fait perdre de l’énergie », affirme-t-il.

Pour rappel, invité à l’émission grand jury de la Radio futurs médias, le dimanche, 8 octobre, le Pr Babacar Guéye avait indiqué que les nouvelles dispositions de la charte fondamentales du Sénégal, telles que libellées actuellement, n’interdisent pas au chef de l’Etat, Macky Sall de briguer un troisième mandat.
sudonline.sn

Get in Touch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get in Touch

0FansJ'aime
3,585SuiveursSuivre
20,300AbonnésS'abonner

Latest Posts

%d blogueurs aiment cette page :