Lutte contre le paludisme à Kédougou : des journalistes formés sur l’Aspersion Intra Domiciliaire (AID)

Le PNLP à travers son programme AID, entend combattre autrement le paludisme à Kédougou, en aspergeant les

habitations d’un insecticide efficace et durable. Pour mieux informer et sensibiliser la population sur la nouvelle méthode, les journalistes sont mis à contribution par le district sanitaire de Kédougou. Ils ont été formés le lundi 25 mai par les responsables du bureau de l’éducation et de l’information du district sanitaire.

Ils sont une dizaine de journalistes à subir cette formation, sur la méthode AID (Aspersion Intra Domiciliaire) qui consiste à pulvériser l’Intérieur des Pièces servant d’habitation avec un insecticide efficace et durable pour lutter contre les moustiques qui transmettent le paludisme (anophèle femelle).

Pour ce programme 26 localités sont concernées soit 8146 pièces ciblées et qui va démarrer le 28 mai pour une durée de 20 jours. Selon le responsable régional de l’éducation et de l’information de la santé Ismaél Ndiaye, l’implication des journalistes est une façon de mieux informer la population et de sensibiliser à travers les différentes émissions qui seront déroulées dans les radios de la place.

Etant à sa première phase le programme AID sera exécuté par les districts sanitaires avec l’appui des partenaires comme l’USAID/PMI à travers VectorLink sous la coordination du PNLP. Pour réussir le programme, des relais communautaires seront choisis par leur communauté et formés par les équipes de district pour dérouler les activités de communication.

Cependant ce qu’il faut retenir, c’est que les habitations à traiter sont celles dont le matériau de construction permet d’absorber le produit et aussi les habitations couvertes qui ne laissent pas entrer la lumière du soleil ou la pluie. En clair, ce sont les habitations en dur, banco ou argile, maison en paille ou en bois entre autres.

Dans la même optique, il existe d’autres chambres qui ne seront pas pulvérisées comme celles dans lesquelles vivent des malades ou des personnes qui ne peuvent pas sortir de la chambre pendant deux heures, durée à respecter après l’aspersion des pièces. Les chambres non achevées, celles dans lesquelles sont gardés les aliments et celles en supports métalliques, en verre et en plastique dans les chambres sont exclues. Cette méthode déjà à sa première phase sera testée à Koumpentoum, Kédougou et Koungheul et complétera les autres méthodes déjà sur place comme la CPS (Campagne de Chimio Prévention).
Cheikhou KEITA : actuprime.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.