Linguère : La commune de Dahra étrenne sa Maison de justice.

Maison de la justice de Dahra

La commune de Dahra qui abrite cette nouvelle Maison de justice compte plus de trente mille habitants. Elle accueille le plus grand marché hebdomadaire de bétail du Sénégal, de dimension sous-régionale, recevant des acteurs qui proviennent de différents horizons du pays.
Cette activité économique et ce brassage culturel génèrent naturellement des conflits. Pour les régler, les populations de Dahra devraient aller jusqu’au Tribunal d’Instances de Linguère, ou à Louga, située à 90 km du Djolof. D’où les raisons qui ont amené le gouvernement à installer dans cette localité une maison de justice, inaugurée par le ministre de la justice.

Le Garde des sceaux, Sidiki Kaba, ministre de la justice
Le Garde des sceaux, Sidiki Kaba, ministre de la justice

Cette Maison de justice est bienvenue, en ce sens qu’elle permet d’informer les populations sur leurs droits et leurs devoirs, de faciliter le traitement de petites infractions et litiges, grâce à la médiation et à la conciliation, a déclaré le Garde des sceaux.
A travers les Maisons de justice, le gouvernement a pour objectif de réaliser un rapprochement géographique en mettant ces structures au cœur des quartiers, épargnant aux citoyens la nécessité de gravir les marches d’un Palais de justice.

La Maison de justice permettra également de rapprocher la justice des justiciables, par le règlement des conflits de voisinage, par le biais d’un médiateur conciliateur. Elle permettra aussi de faire de la prévention de la délinquance, surtout juvénile, à travers la mise en œuvre de micros-projets à vocation sociale, a soutenu Maître Sidiki Kaba.
Les Maisons de justice ont pour mission de rendre effectif l’accès aux droits par les citoyens. Elles permettent également de désengorger les juridictions, les commissariats de police et les brigades de gendarmerie.

Ainsi de 2006 à 2015, les Maisons de justice ont traité 69.756 dossiers de médiation conciliation. Entre 2010 et 2014, le montant des créances recouvrées par ces nouvelles structures est passé de 109 mille frs Cfa à 9 millions de fers Cfa, a informé Maître Sidiki Kaba.
L’installation d’une Maison de justice dans les collectivités locales traduit la vision d’un Sénégal émergent à travers un programme du président de la république. Celui-ci est articulé autour d’un renforcement de la paix, de la sécurité, de la protection des droits et des libertés, afin de créer les conditions d’une paix sociale et de favoriser l’épanouissement des populations, a conclu le Garde des sceaux, ministre de la justice.

Mody Gor Diop : correspondant actuprime.com

Laisser un commentaire