Kédougou: les populations de la commune de Tomboronkoto vivent entre inquiétude et désespoir

0
242

C’est au cours d’une assemblée communale tenue en présence du chef de village de Mako

Moussa Keita le samedi 6 avril 2019 à la maison familiale de Mako, que le Mouvement Citoyen pour le Développement (MCD) des jeunes de cette localité a organisé une séance d’échange avec les notables sur les problèmes de la commune.
Les villages convoqués pour cette première assemblée sont Mako, Niéméniké, Badon, Badian 1, Badian 2 et Linguékhoto.

Au menu de leur discussion; l’environnement, l’emploi des jeunes, la santé, le manque d’eau et d’électricité entre autres. Les villages de cette commune, se trouvant sur le long du fleuve Gambie sont jusqu’ici exposés à d’énormes problèmes de santé publique liés à l’exploitation semi-industrielle de l’or par des chinois.

Selon le président du Mouvement Citoyen pour le Développement (MCD), docteur Mamadou Lamine Diallo, géographe de formation, professeur au lycée Mame Cheikh Mbaye de Tambacounda et consultant à l’université Gaston Berger, les exploitants miniers participent à la pollution de l’eau du fleuve que les populations utilisent.

« Il a été sorti dans les discussions des problèmes d’emploi malgré toute les sociétés qui sont présentes ici. Il y a AREZKI qui construit la route Dialacoto-Kédougou, PMC avec ses sous traitant et les chinois. Donc qu’une petite commune d’environ 16. OOO habitants soit confrontée à des problèmes d’emploi, c’est un peu sérieux » a déploré Dr Diallo.

Tout au plus, il a fustigé le manque de formation des jeunes par les sociétés minières, leur permettant d’avoir de bons salaires. A en croire docteur Diallo, les salaires des travailleurs de l’entreprise minière PMC sont très faibles
Dans le même sillage, il est revenu sur l’environnement, qui a été le point le plus débattu au cours de l’assemblée par les jeunes et les notables.
« Il a été ressorti aussi dans les discussions le problème de l’environnement. Des unités de production d’or qui sont implantées sur le long du fleuve et qui déversent des produits dangereux; mercure, cyanure entre autres, qui, à la longue pourrait avoir des conséquences irréversibles sur la santé des populations et de façon indirecte, ces produits peuvent se retrouvés dans les différents points d’eau qui sont utilisés par les populations ou par les vaches » a-t-il poursuivi.

Revenant dans sur le même point, Souaréba Wagué venant du village de Niéméniké a expliqué certains effets des produits comme le mercure et le cyanure aux participants. « La consommation de produits comme le mercure, le cyanure pourront conduire à la malformation même des bébés, certains pourront naître avec des têtes encéphaliques ou qui manqueront d’un des membres du corps» a-t-il dit
Ainsi, le problème d’eau et d’électricité n’ont pas été occultés. Selon docteur Mamadou Lamine Diallo, la plupart des villages de Mako manquent d’eau et d’électricité ce qui constituerait un paradoxe à ses yeux, conscient du nombre important d’entreprises minières qui s’activent dans la localité.

Toujours sur l’environnement, il a laissé entendre que l’eau du fleuve serait polluée par les exploitants miniers après une étude d’experts travaillant à PMC. « Nous n’avons pas encore fait une descente sur le terrain mais il y a parmi nous, des gens de ce mouvement citoyen, qui travaillent avec le département environnement de la société minière PMC qui ont eu à faire des tests au niveau du fleuve et ils se sont rendus compte que le niveau de pollution est assez élevé. Nous, ce que nous sommes en train de faire, c’est un diagnostic territorial, appeler les citoyens de la commune les faire parler, les écouter et voir quelles sont les solutions qu’on peut proposer ensemble et voir avec le conseil communal, quelles sont les démarches à entreprendre au niveau départemental pour résoudre ce problème » a affirmé Dr Diallo.

Dans le même objectif, le MCD entend organiser une tournée communale de mobilisation sociale et de sensibilisation afin de répertorier les difficultés et solutions des populations. A l’issue, un rapport sera élaboré par le mouvement et fera l’objet d’une assemblée communale avec les conseillers au cours de laquelle la gouvernance locale, la transparence dans la gestion de la cité vont prévaloir. A l’occasion, les responsables de la commune vont s’expliquer sur les problèmes, et les avis des populations qui sont jusqu’ici désespérées de trouver un lendemain meilleure.
Cette initiative des jeunes a été saluée par l’ensemble des notables qui les ont encouragé de poursuivre dans cet élan.

Cheikhou KEITA : actuprime.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire