A Kédougou, le GEEP à travers le club EVF forme les élèves et les professeurs au plaidoyer sur les VBG et MGF

0
87
Le GEEP à Kédougou

C’est en partenariat avec l’UNFPA que le GEEP (Groupe pour l’Etude et l’Enseignement de la Population)

a initié une formation des PRT (Professeurs Relais Techniques) et les LEA (Leaders Elèves Animateurs) le vendredi 5 avril 2019 au CDEPS de Kédougou.

« Cette formation consiste à administrer une boîte à outil conçu par le coordonnateur régional du club EVF à Kédougou, pour former les professeurs et les élèves au plaidoyer sur les Violences Basées sur le Genre (VBG), les Mutilations Génitales Féminines (MGF), les mariages d’enfants et les grossesses précoces en milieu scolaire » a fait savoir le coordonnateur du réseau national des clubs EVF-GEEP Mademba Ndoye.
Selon lui, Tambacounda et Kédougou sont dans le peloton de tête en matière de violences basées sur le genre et que former les élèves est une façon de leur permettre de parler aux parents, aux leaders religieux et traditionnels afin de diminuer drastiquement les VBG en milieu scolaire a indiqué M. Ndoye

A en croire le coordonnateur national des clubs EVF, Kédougou fait partie des 4 régions du Sénégal, où il ya plus de grossesses en milieu scolaire et qui ont pour causes la pauvreté, la proximité et la tradition entre autres.
Ces élèves en formation de deux jours vont faire un plaidoyer envers les parents, les leaders communautaires et parler à leurs camarades pour mieux les convaincre sur les dangers de ces pratiques.

Dans la même lancée, le coordonnateur régional du club EVF Amadou Tidiane Thioune, a fait comprendre que les bénéficiaires de cette formation sont des Leaders Elèves Animateurs (LEA)et Professeurs Relais Techniques (PRT), issus des établissements de Mako, Maciré BA, Dindéfélo et Fongolimbi qui vont à leur tour échanger avec les cibles. « Les activités du club sont menées dans tous les collèges et lycées de la région » a affirmé M. Thioune.
Selon lui, de 2011 à 2014, 98 cas de grossesse en milieu scolaire à Kédougou dont 46% des cas sont les élèves eux-mêmes les auteurs et 4% les enseignants. Outre, les cas de grossesse, 92% de cas de mutilations génitales sont notés dans la région a-t-il déclaré, balayant d’un revers de main les résultats publiés par les droits de l’homme.

Fort de ce constat, la porte parole des leaders élèves animateurs Amy Collé Sagna a fustigé les violences et grossesses sur les filles en milieu scolaire. « Nous voulons éradiquer les mutilations génitales et nous ne voulons plus de grossesses en milieu scolaire à Kédougou » a-t-elle martelé
Qui plus est, Mr Thioune a laissé entendre qu’un tournoi de génies en SRAJ sera organisé dans les trois départements (Kédougou, Saraya et Salémata).

CHEIKHOU KEITA : actuprime.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire