Kédougou : les agents de santé communautaire dénoncent les conditions de rémunération

Les agents de santé communautaire de Kédougou en sit-in

En sit-in le lundi 8 avril 2019, au centre de santé de Kédougou, les agents de santé communautaire

sont sortis de leur torpeur pour dénoncer avec la dernière énergie, le nouveau règlement de paiement des salaires des agents par le comité de développement sanitaire (CDS).
Un décret présidentiel aurait créé un changement dans la gestion des recettes des centres de santé. Avec ce nouveau système appliqué à Kédougou, les travailleurs voient leurs salaires à la baisse.
Selon le porte parole des manifestants Abdoulaye Cissokho dit « commissaire », l’application de ce décret du président de la république n’est pas en faveur du personnel du centre de santé.

« Nous sommes là aujourd’hui pour demander aux autorités de réfléchir sur notre sort. Kédougou étant un centre de santé, c’est vrai mais dans sa forme, on fait office d’un hôpital de type 1. Je pense que ce texte n’est pas le bienvenu. Quand les plus grands travailleurs dans ce centre ne sont pas bien motivés de leur sueur, nous déplorons cela et l’Etat qui est responsable de ce décret, nous exhortons le président Macky Sall comme il l’a dit, que l’année 2019 est une année sociale cela n’est pas vue dans ce centre et le social devrait commencer par le personnel de santé d’abord» a fait savoir Abdoulaye Cissokho.

Rebondissant dans le sens d’éclairer la lanterne des travailleurs, le médecin chef du centre Docteur Moussa Ndiaye a fait savoir qu’il s’agit de l’application d’un décret présidentiel.
« Le texte dont il est question, il ya le décret d’abord qui institue les CDS qui sont là pour remplacer les comités de santé, qui étaient aussi régis par un décret datant de 1992. Maintenant, ces comités ont fait leur temps, l’autorité a fait l’évaluation exhaustive qui a duré des années, il y a eu un CRD de partage, il y a eu des CDD puis, les Comités de Développement Sanitaire ont été mis en place. Donc sur ce plan, ces textes là, sont clairs » a rétorqué le médecin chef Dr Ndiaye.
Pour clarifier la répartition des recettes, il a laissé entendre que c’est le ministère de la santé à travers un arrêté qui fixe les taux pour la motivation du personnel, les médicaments, le fonctionnement de la structure et les cas sociaux.

Ainsi, Abdoul Aziz Diouf secrétaire général du syndicat des travailleurs de la santé reconnait la mise en place des CDS au Sénégal. Mais, selon lui, l’application du décret à Kédougou doit être revue, sachant que le centre est particulier et fonctionne d’office comme un EPS de type1.
« On devait revoir cette application à Kédougou, par ce que Kédougou fonctionne comme un hôpital régional. Là où il y a un gynécologue, un chirurgien, un ophtalmologue, un médecin dentiste je pense que ce centre de santé là fait d’office d’un hôpital de type 1. Par rapport à l’application des CDS, toutes ces femmes que vous voyez derrière moi, des agents communautaires, des mères de famille et des pères de famille qui se contentaient seulement de 50.000F la fin du mois et maintenant avec ce décret se retrouvent avec 35.000f et qui peut même diminuer dans les mois à venir, nous jugeons que cela n’est pas social du tout » a déploré M. Diouf
Toutefois, ces agents qui interpellent les autorités étatiques et locales pour un changement de leur statut salarial espèrent trouver une issue heureuse les mois à venir.

Cheikhou KEITA : actuprime.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.