Nouvelle politique de l’habitat : L’accent sera mis sur les villes vertes

Des villes vertes pour un nouvel habitat
Image d'illustration

Le ministre Diène Farba Sarr a procédé au lancement de la lettre de politique sectorielle du renouveau urbain, de l’habitat et du cadre de vie. La lutte contre la mal-urbanisation et la création des villes vertes occupent une place de choix dans cette nouvelle feuille de route.

La lettre de politique sectorielle du ministère du Renouveau urbain, de l’habitat et du cadre de vie a été lancée, hier, par Diène Farba Sarr. Cette nouvelle politique est venue à son heure parce que le secteur urbain reste caractérisé par la mal-urbanisation. Selon le ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, les nombreuses études menées font état de la prolifération des habitats spontanés, le foisonnement des cités dortoirs et l’accroissement des flux entre les zones résidentielles et celles administratives. Ajoutons à cela l’absence d’espaces de loisirs, l’encombrement des voies et espaces publics. Nos cités traînent aussi un déficit d’ouvrages d’assainissement. Pourtant, les villes sont des espaces favorables à la création de richesses.

« A ces dysfonctionnements qui caractérisent la demande sociale, il faut opposer le paradoxe du potentiel économique si faiblement exploité », a fait remarquer le ministre. Aujourd’hui, le gouvernement du Sénégal prendra en compte tous ces dysfonctionnements à travers le Plan Sénégal émergent (Pse). Cette vision transformera le cadre de vie des Sénégalais avec des effets d’entraînement sur les activités économiques. « C’est le sens de la priorité accordée à l’habitat social qui doit s’enrichir, chaque année, de 15 mille unités d’habitation (logements et parcelles viabilisées) dans une hypothèse de croissance économique de l’ordre de 8 % », a estimé Diène Farba Sarr. Le gouvernement se donne les moyens d’atteindre ces résultats. Il s’agit de la mise en place d’un cadre plus incitatif pour les promoteurs et constructeurs, des modes de financement plus adaptés, le soutien de la solvabilité des ménages, la prise en charge des réseaux primaires, etc.

Pour le ministre, le Renouveau urbain, son département veut bâtir partout des villes vertes sur le territoire national afin d’atténuer les effets néfastes des changements climatiques. Ces villes vertes offriront un cadre de vie plus attrayant. Il s’agira, à cet effet, de réhabiliter les principaux espaces publics et d’en créer d’autres. « La promotion des emplois verts devra aussi accompagner cette dynamique pour la protection des sites naturels et la sauvegarde des paysages urbains », a renchéri M. Sarr qui a salué les efforts consentis par le gouvernement, particulièrement le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan pour intégrer l’arsenal juridique communautaire dans le droit interne du renouveau urbain.

Il a rappelé que la lettre de politique sectorielle définit, dans un horizon temporel de 5 à 6 ans, la vision, les orientations stratégiques, les objectifs et les moyens de les atteindre. Pour Mayacine Camara du ministère de l’Economie et des Finances, l’élaboration de cette lettre de politique sectorielle permettra de recueillir l’adhésion et la participation des acteurs, en particulier ceux de l’hydraulique, de l’assainissement et du développement durable.

Eugène KALY / lesoleil.sn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.