Tambacounda : Des audiences foraines à l’école proposées pour les élèves n’ayant pas de pièce d’état civil.

L'inscription des élèves de Tambacounda à l'état civil

Le Directeur adjoint de la Direction nationale de l’état civil, M. Biahim Ndiaye s’est rendu à Tambacounda

, ce vendredi 26 octobre 2018, dans le cadre de la campagne nationale de communication pour la promotion de l’enregistrement aux pièces d’état civil soutenue par l’UNICEF.

M. Ndiaye a rencontré les autorités locales, des acteurs du système éducatif, des membres de la société civile. Ils ont échangé sur l’importance des pièces d’état civil et ont assisté à la présentation des supports et des outils de communication pour promouvoir l’enregistrement aux pièces d’état civil.

Egalement, ils ont listé les difficultés d’obtention des pièces d’état civil dans la région, non sans proposer des solutions.
Pour Birahim Ndiaye, « l’état civil est un problème majeur au Sénégal ».
« Le Président de la République l’a tellement compris qu’il a érigé en priorité nationale », a-t-il soutenu.
C’est pourquoi, « il a pris des mesures fortes que sont la gratuité des audiences foraines, la mise en place de programmes et projets tels que le PUMEC(…) qui vont permettre d’avoir un état civil moderne et modernisé, informatisé pour que chaque citoyen où il se trouve dans le pays ou dans le monde puisse avoir son acte d’état civil d’une façon très facile », a affirmé Birahim.
L’enregistrement au registre des naissances considéré comme un « problème crucial » a été largement évoqué, au cours de la rencontre.

A ce sujet, l’Adjoint au gouverneur chargé des Affaires administratives M. Ahmadou Ndiaye, qui a présidé la réunion, en a appelé l’engagement de tout un chacun « pour qu’on éradique le fait que les enfants soient nés sans être déclarés ».
L’Inspecteur d’académie de Tambacounda, M. Alassane Niane, a indiqué que plus d’un millier d’élèves dans la région ne dispose pas de pièce d’état civil. Comme solutions, il a suggéré d’initier des audiences foraines dans les écoles.
« Cela permet à tous les acteurs de la communauté éducative de s’impliquer », a-t-il analysé.

Pour sa part, la Mairie de Tambacounda travaille à la création de centres d’état civil secondaires au Centre hospitalier régional de Tambacounda et au Centre de santé de la commune. L’assurance est donnée par l’Adjoint au maire, M. Bounama Kanté. Cela vient s’ajouter, a-t-il laissé entendre, aux « mesures qui sont en branle pour la sensibilisation des populations ».
Autant de solutions auxquelles le Directeur adjoint de la Direction nationale de l’état civil a appréciées. Lui, il a proposé l’introduction des modules de formation sur l’état civil dans le programme scolaire.

S’agissant de la campagne nationale de communication sur la promotion de l’enregistrement à l’état civil, la Direction nationale de l’Etat civil a privilégié des supports et des outils de communication agrémentés d’images pour « impacter » l’individu. Ces supports et outils sont traduits en langues nationales et seront transmis à des radios communautaires pour l’animation d’émissions sur l’état civil.
Amédine FAYE(correspondant).
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire