Dakar et Thiès : les mesures de restriction demeurent en vigueur dans l’état de catastrophe sanitaire au Covid-19

Le ministre de l’Intérieur, Antoine Felix Abdoulaye Diome, a rappelé mardi que les mesures de restriction,

y compris le couvre-feu, prises dans le cadre de la proclamation de l’état de catastrophe sanitaire dans les régions de Dakar et de Thiès, restaient en vigueur jusqu’au 20 février prochain.

’’Le président de la République a proclamé l’état de catastrophe sanitaire dans les régions de Dakar et de Thiès, afin de réduire la propagation de la Covid-19. En application de cette décision, le ministre de l’Intérieur informe les populations des mesures en vigueur dans ces deux régions jusqu’au 20 février’’, écrit-il dans un communiqué.

Dans le document parvenu à l’APS, le ministre de l’Intérieur cite notamment l’interdiction de la circulation des personnes et des biens de 21 heures à 5 heures, des manifestations et rassemblements sur la voie publique, et de toutes les réunions privées telles que les baptêmes, mariages, réceptions et manifestations religieuses.

Le ministre de l’Intérieur a également insisté sur l’interdiction de tous les rassemblements dans les lieux recevant du public, notamment les hôtels, salles de spectacles, dancings, bars, cafés, salons de thé, plages, marchés hebdomadaire, terrains et salles dédiés au sport.

Antoine Diome a dans le même temps rappelé que le port obligatoire de masque de protection restait en vigueur dans les lieux publics et privés ainsi que les dans les moyens de transport sur toute étendue du territoire national.

Il a invité les populations à se conformer à ces mesures en rappelant que le non-respect de celles-ci expose les contrevenants aux sanctions prévues par les lois et règlements.

Le chef de l’Etat a promulgué le mardi 19 janvier 2021 la loi numéro 2021-18 modifiant la loi 69-29 du 29 avril 1969 relative à l’état d’urgence et à l’état de siège.

Le lendemain, il avait assuré aux membres de son gouvernement qu’une telle modification consacre l’entrée en vigueur, d’un troisième régime juridique, qui gouverne désormais la gestion des catastrophes naturelles ou sanitaires.

Signalant par conséquent que l’état d’urgence n’était plus de vigueur, le président de la République avait dans la foulée évoqué le déploiement de nouveaux dispositifs de gestion des catastrophes et crises sanitaires, avec la mise en œuvre par les membres du Gouvernement, les gouverneurs, les préfets, de mesures sécuritaires et sanitaires adaptées.

Il s’agit notamment du couvre-feu, de la réglementation des rassemblements, réunions et du port de masque, ainsi que l’organisation des déplacements et du fonctionnement des transports publics et des commerces.

Les mesures restrictives ont été prises alors que le pays fait face à une seconde vague de Covid-19 plus diffuse et plus meurtrière que la précédente.

Mardi, le ministère de la Santé et de l’Action sociale a signalé 10 décès causés par le nouveau coronavirus, 133 nouvelles infections et la guérison de 189 patients.

Le Sénégal a recensé, depuis le début de l’épidémie sur son territoire, 25.127 cas positifs, dont 20.870 guéris.

La maladie a fait 592 morts dans le pays, et 3.664 patients sont sous traitement, selon le ministère de la Santé et de l’Action sociale.

AKS/OID
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.