COVID-19 / Kédougou : les acteurs de presse formés à la communication sur les risques communautaires

L’ampleur de la pandémie de la COVID-19 est encore loin de connaître son épilogue au Sénégal.

La flèche des cas grimpe incroyablement, alors que les mesures de l’état d’urgence ont été levées depuis le 29 juin dernier.

Ainsi, dans ce contexte, pour mieux relayer l’information sur la pandémie au niveau des populations, il est nécessaire d’outiller les journalistes en matière de communication sur les risques sanitaires. Il s’agit également d’impliquer davantage les populations dans la riposte par un engagement communautaire. C’est dans cette dynamique qu’une dizaine d’acteurs de la presse de Kédougou, membres du Comité Régional de Gestion des Epidémies, ont bénéficié le vendredi 10 et le samedi 11 juillet 2020, d’un renforcement de capacités.

L’atelier a été organisé par le Centre des Opérations d’Urgence Sanitaire (COUS), en collaboration avec le Service National de l’Education et de l’Information pour la Santé (SNEIPS). Les participants sont venus des départements de Saraya, Salémata et de Kédougou.

Pendant deux jours, les formateurs et les journalistes ont échangé sur la situation de la pandémie dans le monde et au Sénégal. Ce qui a permis de faire comprendre la gravité de la pandémie et l’importance du respect des mesures barrières.

Pour éviter de créer la panique en temps de crise avec les rumeurs, les journalistes ont été invités à saisir la perception des risques et la communication de risque. C’est dans cette optique que l’un des formateurs Bineta Bocoum Mme Sarr, chargée de la communication au Centre des Opérations d’Urgence Sanitaire (COUS) de Dakar, a montré la place qu’occupe la communication en période de crise. « La communication est au cœur du processus de gestion de la crise et elle occupe 80% de sa gestion. Ce métier, n’est pas donné à n’importe qui » a-t-elle affirmé.

Cette formation a été saluée par les journalistes de la région surtout du point de vue engagement communautaire. Voilà tout ce qui fait dire à Oskar Tendeng porte parole des participants que; « Cette formation a un impact positif dans la mesure où, elle va permettre aux journalistes de donner une bonne information à la population et relever le défi de l’engagement pour mieux sensibiliser la population sur la pandémie ».

Dans cet élan, ses propos ont été renforcés par le Président de l’APIC de Kédougou et correspondant de Walf TV Soly Bourama Dabo, en disant toute sa satisfaction aux formateurs. « Mieux vaut tard que jamais » reprend-t-il l’adage pour montrer sa satisfaction.« Nous avons géré la COVID-19 à Kédougou en respectant toutes les recommandations des autorités », rappelant les efforts de ces dernières notamment le Gouverneur, dans la sécurisation des frontières. « Nous sommes aujourd’hui mieux outillés pour une meilleure approche de la population » a indiqué M. Dabo.

Se faisant, la formation a été suivie attentivement par l’ensemble des acteurs de la presse. Ce qui a été du goût du formateur Joseph Tine agent du SNEIPS et responsable du bureau formation et documentation de ladite structure.
« J’ai trouvé à Kédougou des journalistes dynamiques, soudés avec une bonne atmosphère et intéressés par la chose. Cette formation va vous servir en tant qu’acteurs proches de la population et pouvant faire comprendre que la pandémie nécessite une lutte communautaire. Elle va vous pousser à impliquer la communauté bien que Kédougou n’a pas encore de cas. Nous remercions les autorités pour le travail qu’elles ont fait jusqu’ici pour impliquer les populations dans le respect des mesures barrières » a laissé entendre M. Tine.

En espérant une fin à la maladie au coronavirus, les journalistes de Kédougou s’activeront dans la bonne sensibilisation des populations de la région.
Cheikhou KEITA : actuprime.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.