Kédougou : la COSYDEP lance le concept « nidiay gox » pour pallier la problématique de l’Etat civil chez les enfants

La COSYDEP lance le concept nidiayu gox à Kédougou

C’est au cours de son forum organisé le jeudi 31 octobre 2018, que la Coalition des Organisation en Synergie pour la Défense de l’Education Publique (COSYDEP)

section Kédougou, a lancé le concept « nidiay gox », pour pallier la problématique de l’Etat civil chez les enfants à Kédougou.

Tenu dans les locaux de l’auberge Thomas Sankara, le forum a vu la participation de différents acteurs à savoir les délégués de quartier, les imams, les directeurs d’école, les « badiénu gox » et élus locaux entre autres.

Le coordonnateur régional de la COSYDEP à Kédougou Yaya Badji, a laissé entendre que l’initiative de créer le concept « nidiay gox » est venue de celle de « badiénu gox ».

« A l’image de « badiénu gox » nous sommes en train de lancer le concept « nidiay gox », pour aider à déclarer les enfants à la naissance à temps. Nous avons constaté qu’au Sénégal presque les enfants qui sont nés en 2000, il n’y a que 37% seulement en âge d’aller à l’école, qui sont inscrits à l’Etat civil selon une enquête menée par la COSYDEP. Donc vous voyez que 62% des enfants n’ont pas d’extrait de naissance et c’est très alarmant. C’est pourquoi nous COSYDEP, vu cette problématique, nous avons pensé qu’il faut nous mobiliser aux côtés des autorités compétentes pour les déclarations de naissances, nous mobiliser à travers les « nidiay gox » pour sensibiliser et déclarer les naissances à temps», a indiqué M. Badji.

L’absence de pièce d’Etat civil chez les enfants relève de la négligence des parents qui sont prompts à organiser un baptême à plus de 300 mille francs CFA que de régler un extrait de naissance à 300 f pour leurs enfants ont fait savoir les délégués de quartier et l’ensemble des autres participants. Ces derniers demandent à l’Etat du Sénégal de prendre des mesures draconiennes pour faire respecter les droits des enfants par les parents négligents.

La cérémonie d’ouverture du forum a été présidée par l’inspecteur par intérim de l’IEF de Kédougou, Mamoudou Oumar Guèye, qui a aussi reposé la responsabilité sur les parents. Selon lui, l’inspection de l’éducation a été indulgente sur la situation d’extrait de naissance chez les enfants en classe de CM2 lors de l’examen du CFEE passé, sinon, bon nombre n’aurait pas composé.

Il a dans cette optique rappelé le cas de deux enfants de Kédougou victimes de non déclaration à date échue, présélectionnés pour les lycées d’excellence, dont l’une au lycée Mariama BA de Gorée et l’autre au lycée d’excellence de Diourbel. Ils n’ont finalement pas pu faire partie des excellents, victimes de jugement. Pourtant, la fille Fatoumata Keita de l’école élémentaire Pasteur Butler de la commune de Kédougou occuperait la 54ème sur les 150 places prévues à en croire l’inspecteur Guèye.

« Pour les parents, quand votre enfant est né faites tout pour le déclarer avant l’âge de 2 ans, sinon après ce délais, il fera un jugement, ce qui ne l’aiderait pas dans sa carrière professionnelle » a poursuivi l’inspecteur Guèye.

Ainsi le technicien de l’éducation a salué cette initiative de la COSYDEP qui est un partenaire stratégique de l’éducation. Et dorénavant la COSYDEP par le biais de son concept « nidiay gox » et en complicité avec ses partenaires vont mettre la main à la pâte pour sauver les futurs cadres de la région, les déclarant dès la naissance à l’Etat civil.

CHEIKHOU KEITA : actuprime.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire