Tambacounda : Un entrepreneur investit près d’un milliards de F CFA dans l’agrobusiness à Missirah

Un nouvel investisseur dans l'agrobusiness de Tambacounda
Image d'illustration

L’entreprise Global business qui a investi près d’un milliard de francs Cfa

veut faire de la région de Tambacounda un pôle fruitier et maraîcher. Le potentiel existe et ne demande qu’à être exploité. Après la banane avec plus de 80 % de la production nationale, il s’agit de faire de la région de Tambacounda un hub fruitier et maraîcher. Une ambition affichée de l’opérateur économique originaire de Rufisque qui a délaissé la mer pour se lancer dans l’agrobusiness.

Djibril Mar Diop a investi près d’un milliard de FCfa dans la brousse de Missira, dans le département de Tambacounda. Le gouverneur de la région qui a organisé une tournée économique a évoqué l’accompagnement de l’État à ses fils qui luttent pour freiner l’émigration clandestine. Djibril Mar Diop veut s’activer dans l’arboriculture, le maraîchage pour mieux booster l’agriculture hors saison dans cette partie du pays. Près de 500 personnes travaillent présentement dans ses différentes plantations dont 60 % de la main d’œuvre est constituée d’émigrés provenant de la Libye. A terme, M. Diop compte créer 5.000 emplois d’ici à 2020.

La région de Tambacounda est l’une des plus pluvieuses du pays et est arrosé par trois cours d’eau. Malgré ce potentiel, les fruits et légumes qui y sont consommés proviennent des autres régions notamment des Niayes. Ainsi, dans sa volonté d’inverser la tendance, Djibril Mar Diop peut compter sur le soutien de l’État. « C’est une belle initiative qui est développée dans le Missirah. Il faut suivre, accompagner et soutenir», a déclaré le gouverneur de la région, El hadji Bouya Amar. Il a promis de mettre à contribution tous les services techniques compétents afin que cette initiative soit pérennisée dans la région. El hadji Bouya Amar souligne que Tambacounda dispose de terres qui ont l’avantage d’être fertiles. Depuis 2015, d’autres spéculations y sont cultivées.

Le gouverneur s’est félicité des emplois créés surtout du profil des employés qui sont des émigrés de retour au bercail ou de potentiels candidats à l’émigration. « L’entreprise Global Business est en train d’offrir aux jeunes de réelles possibilités de formation mais aussi d’insertion », s’est félicité El hadji Bouya Amar.

200 hectares exploités
Une telle initiative contribue à réduire le taux de chômage dans la région. La main d’œuvre est constituée d’émigrés de retour de la Libye et d’Europe. « Aujourd’hui, ils ne pensent plus reprendre les chemins de l’émigration grâce aux possibilités offertes par les exploitations », s’est réjoui M. Diop. L’un des miraculés du désert libyen interrogé confirme. « Grâce à cette exploitation, nous gagnons bien notre vie et nous ne sommes pas terrorisés ou torturés comme en Libye », a-t-il confié. Près de 500 personnes travaillent dans les champs et près d’une centaine de personnes est employée de manière permanente. Les employés sont tous logés et nourris sans bourse délier, souligne Djibril Mar Diop.

Des autorités locales présentes dans la délégation du gouverneur ont sollicité l’accompagnement de l’État. « Rien que pour les emplois créés en faveur de la jeunesse, l’entreprise doit être accompagnée. Aujourd’hui, le domaine à lui seul, emploie plusieurs centaines de jeunes », a déclaré la Vice-présidente du conseil départemental Aminata Djigo, soulignant que les opportunités d’emplois sont rares dans la région de Tambacounda.

Djibril Mar Diop exploite quelque 200 hectares. Dans ses champs, il cultive de la carotte, du choux, du piment, du manioc, de l’aubergine, entre autres variétés. « Nous ambitionnons de faire de la zone, les Niayes du Sénégal Oriental », a indiqué M. Diop. En plus de ces variétés cultivées, le site compte des milliers de plants d’arbres fruitiers. Sur un citronnier, des orangers et des pamplemousses sont greffés, à côté de plusieurs autres variétés d’arbres fruitiers. Même les orangers du Maroc y sont plantés. Les arbres fruitiers ont commencé à se développer et d’ici peu ils vont commencer à produire.

Pape Demba SIDIBE / lesoleil.sn
ActuPrime – La primeur et la Valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.