Adésina Akinwumi : L’agriculture faite religion

Un passionné, un connaisseur et un militant de l'agriculture hôte de Dakar
Adésina Akinwumi, Président de la BAD

Connaissez-vous l’hôte de marque du Sénégal ? Il s’agit d’un passionné, grand connaisseur et militant de l’Agriculture. Son nom: Adésina Akinwumi, il est le Président de la BAD.

Habituée à accorder une priorité aux programmes d’infrastructures en Afrique, la Banque Africaine de Développement (BAD) a depuis un certain temps mis le focus sur l’Agriculture. Une nouvelle orientation qui n’est sans doute pas étrangère à son nouveau Président. Le remplaçant de Donald Kaberuka est ce qu’on appelle un passionné d’agriculture. Et pas seulement un passionné, mais un passionné qui maitrise son sujet. En effet, aujourd’hui âgé de55 ans, M. Adésina Akinwumi a consacré toute sa carrière à ce secteur. Après son bachelor en agroéconomie de l’université d’Ife en poche, il quitte le Nigeria au début des années 1980 pour poursuivre ses études à l’université Purdue (Indiana). Il reste aux États-Unis jusqu’en 1990, le temps de glaner son doctorat en politique de développement agricole et de débuter sa carrière en tant qu’économiste au sein de la Fondation Rockefeller. Ancien ministre fédéral de l’Agriculture et du Développement rural en 2011, il a lancé avec pragmatisme, et surtout beaucoup de volontarisme, une révolution verte qui a replacé le secteur agricole au cœur du développement économique du Nigeria. Et le succès est éclatant. En quatre ans, ses réformes ont permis d’augmenter la production agricole nigériane de 21 millions de tonnes, tout en réduisant d’un tiers les importations de denrées alimentaires et en créant 3 millions d’emplois dans la filière. Et pour relever l’Afrique, il semble savoir déjà savoir à quoi s’en tenir. «Sans énergie disponible, même un taux de croissance de 5 % par an ne suffira pas à assurer le développement du continent. La BAD a un rôle essentiel à tenir sur ce dossier, aussi bien dans la promotion du barrage du Grand Inga [RD Congo] que pour soutenir les projets de taille plus modeste dans les énergies renouvelables », a-t-il déjà décliné.

Des orientations qui cadrent bien avec les grandes lignes de son programme : réorienter les priorités de la Banque en direction du secteur privé, qui tire ces dernières années la croissance du continent, et poursuivre sur la voie tracée par l’actuel président de la BAD, qui a octroyé en 2013 2,1 milliards de dollars de prêts aux entreprises, contre moins de 250 millions huit ans plus tôt. Parlant d’Adésina, M. Mamadou Lamine Ndongo, Représentant Résidant de la BAD au Sénégal dit ceci : «Cette conférence de Haut niveau sur la transformation de l’Agriculture porte son empreinte, c’est lui qui l’a initié », a-t-il dit, à 24 heures de cette rencontre de dimension mondiale.

Un honneur donc au Sénégal. Mais pas une nouveauté. Même si M. Ndongo estime que la stabilité du pays, son leadership, il est bon de rappeler que M. Adésina a accordé sa première visite au Sénégal. «Je suis séduit par le travail abattu par le président Macky Sall dans le domaine des infrastructures. Ce sont des exemples très intéressants dont devraient s’inspirer les autres pays africains», avait-il déclaré d’ailleurs à l’endroit du Président Macky Sall.
Oumar Fédior / reussirbusiness.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.