Ziguinchor : Un programme de 4,5 milliards de la Sones pour l’accès à l’eau potable

Château d'eau

Un nouveau château d’eau, une usine de traitement et des bassins sortent de terre au quartier Château de Ziguinchor. Ces nouveaux ouvrages vont couvrir les besoins en eau de cette ville jusqu’à l’horizon 2020. Le directeur de la Sones, Charles Fall, accompagné d’une forte délégation, a effectué une visite pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux.

Derrière les nouveaux bassins en finition, un bloc de béton culmine à plus d’une vingtaine de mètres. L’ouvrage hydraulique s’impose par sa stature et par sa hauteur. Elle porte tout un symbolisme dans l’option des autorités d’assurer la disponibilité de la ressource vitale pour les habitants de Ziguinchor. Elle a une capacité de 3.200 mètres cubes. Ce nouveau château et l’ancien forment des tours jumelles dans le quartier Château de Ziguinchor. Les travaux sont entrepris par la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones) qui a réalisé trois forages avec un débit prévisionnel de 50 mètres cubes par heure, deux autres d’un débit prévisionnel de 120 mètres cubes par heure. Ces nouveaux forages ont une production additionnelle de 7.000 mètres cubes par jour. Au bout du compte, cinq forages assureront la couverture des besoins en eau de Ziguinchor jusqu’à l’horizon 2020.

La demande de pointe de cette ville était estimée à 11.000 m3/j en 2015 et le déficit de 4.800 m3/j. « Nous avons réalisé cinq forages qui sont venus améliorer voire doubler la capacité de production de Ziguinchor. Cette capacité passe de 6.000 à 14.000 m3/jour. Nous avons ajouté quasiment 7 à 8.000 m3 dans la production de Ziguinchor pour couvrir le déficit en eau en période de pointe, qui est de l’ordre de 4.500 m3. Nous avons plus que résorbé le déficit en période de pointe », a souligné le directeur général de la Sones, Charles Fall.

Télégestion des ouvrages
A l’ombre de l’ancien château, un bâtiment ocre et aux bandes peintes en marron relègue la première unité de traitement de même couleur. L’ouvrage surmonté de garde-fous semble dégager la forme d’un bateau. A l’intérieur, de grandes conduites jettent le pont entre les différentes étapes de traitement. La capacité de la nouvelle usine est portée de 100 à 600 mètres cubes par heure. Déjà des témoignages concordent sur la nouvelle composition physico-chimique de la ressource vitale distribuée aux populations de Ziguinchor. La nouvelle approche exploite à fond les nouvelles technologies. A partir d’un local situé près de l’ancienne usine de traitement, et à travers un écran, un technicien peut avoir une vue panoramique du fonctionnement des forages, du remplissage des réservoirs, ou encore des différentes étapes de traitement de l’eau. « Nous devons aller vers la généralisation de la télégestion des ouvrages pour simplifier les choses et aussi anticiper sur des problèmes », recommande Saliou Sané de la Sde.

Moussa SADIO / lesoleil.sn
Des investissements de plus de 4,5 milliards de FCfa
De belles perspectives s’ouvrent alors pour Ziguinchor aussi bien sur le plan qualitatif que sur celui quantitatif dans l’accès à la ressource vitale. Dans le cadre du Programme d’eau potable et d’assainissement du millénaire (Pepam), la Sones a entrepris un vaste et ambitieux programme d’investissement de plus de 4 milliards cinq cent millions de FCfa dans la région de Ziguinchor dans l’optique de densifier le système d’approvisionnement en eau potable de la ville jusqu’à l’horizon 2020. La réalisation de ces ouvrages est cofinancée par l’Afd, Bei, Eu, Boad et une contrepartie de la Sones à hauteur de 9%. « L’accès à l’eau potable des populations du Sénégal est au cœur de nos préoccupations.

Le secteur de l’eau et de l’assainissement est un secteur de concentration de la coopération de l’Ue avec le Sénégal depuis de nombreuses années », a noté le chargé de programmes et infrastructures à la Délégation de l’Union européenne au Sénégal, Laurent Frémolle.

Il est prévu de réaliser 1.695 branchements sociaux dans les villes de Ziguinchor, Oussouye et Bignona, où plus de 16.000 personnes supplémentaires auront accès aux services de l’eau.

M. SADIO / lesoleil.sn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.