Crise gambienne: Yahya Jammeh nargue la CEDEAO

Yahya Jammeh nargue la CEDEAO
Yahya Jammeh

Yahya Jammeh nargue la CEDEAO. En effet, la deuxième mission de facilitation de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour mettre fin à la crise politique en Gambie a encore connu un échec. Battu par Adama Barrow, lors de la présidentielle du 1er décembre dernier, le Président sortant Yahya Jammeh a une nouvelle fois signifié aux médiateurs ses envies de garder son fauteuil, jusqu’au moment où la Cour suprême de son pays serait en mesure de statuer sur son recours en annulation, contre la victoire de son tombeur.

Arrivée ce vendredi matin à Banjul, la mission de médiation de la CEDEAO menée par le président nigérian Muhammadou Buhari, accompagné de la Présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, et de l’ancien président ghanéen John Dramani Mahama, a cru pouvoir arracher un début de solution à l’impasse politique provoquée par Yahya Jammeh avec son refus de céder le pouvoir perdu à la présidentielle de décembre dernier. Il y avait assez de raisons pour le Président Buhari et son équipe de croire à un dénouement, puisque le Nigeria et le Maroc ont chacun offert d’accueillir Yahya Jammeh, s’il cède le pouvoir comme le veulent les Gambiens qui l’ont exprimé à travers les urnes. La délégation nigériane était même arrivée à Banjul accompagnée d’un avion-cargo militaire laissant croire que quelque chose de très positif se tramait en coulisses. Car, dans les 48 heures ayant précédé l’arrivée de la mission de la CEDEAO, le Président élu Adama Barrow et son équipe ont réitéré les signes de bonne volonté en direction de Jammeh, allant même jusqu’à ouvrir la porte à l’envoyé désigné de l’homme fort actuel de Gambie.

La vice-présidente Isatou Niie Saidy intérimaire à la tête de la Gambie

Sauf que les médiateurs de la CEDEAO sont finalement repartis sans une solution de sortie de crise, à cause du refus systématique de Yahya Jammeh de lâcher prise. Nos sources à Banjul informent que le Président Buhari et sa délégation ont buté sur l’entêtement de Jammeh. Ce dernier aurait d’ailleurs été très provocateur, tout au long des discussions. Soutenant qu’un dialogue inter-gambiens a été entamé entre lui et le camp de son tombeur, le président déchu a aussi fait savoir qu’à la fin de son mandat, le 19 janvier, la vice-présidente Isatou Niie Saidy va assurer l’intérim à la tête de la Gambie jusqu’en mai prochain, quand la Cour suprême de son pays pourra statuer sur son recours en annulation, expliquent nos sources.

Et Jammeh de signifier à ses interlocuteurs qu’à moins d’une nouvelle élection, il n’entend nullement céder le pouvoir à Adama Barrow. C’est donc sur un constat d’échec que le chef de l’Etat nigérian Muhammadu Buhari, qui conduisait la mission, a directement repris son avion pour un vol direct à destination de Bamako, au Mali où il est le grand invité du sommet Afrique-France. Son homologue libérien Ellen Johnson Sirleaf, présidente en exercice de la CEDEAO, est allée voir le Président Adama Barrow, avant de reprendre les airs pour Bamako, avec le nouveau Président élu de Gambie qui fera son baptême du feu, lors du sommet convoqué par le président français François Hollande.

Barrow va discuter la suite avec les autres présidents de la CEDEAO

C’est par le biais du ministre des Affaires étrangères du Nigeria que l’on a appris, par la suite, que le Président élu Adama Barrow a été invité à discuter de la voie à suivre avec ses homologues de la sous-région. « Nous allons d’abord rendre compte au sommet des chefs d’Etat. C’est ensuite que nous pourrons dire ce qu’il y a à faire », a déclaré le ministre Geoffrey Onyeama. Car, l’échec de cette mission n’est pas pour apaiser les inquiétudes des Gambiens qui craignent les conséquences d’une intervention militaire, après que l’avocat de Yahya Jammeh a déposé, jeudi à la Cour suprême, une nouvelle requête pour empêcher la prestation de serment de M. Barrow.

Ce climat de peur a presque vidé Banjul, la capitale, de sa population et a poussé des milliers de Gambiens à fuir le pays vers le Sénégal et la Guinée-Bissau.
enqueteplus.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.