Sénégal : Les fidèles arrivent en masse à Tivaouane pour le Gamou 2019

La ville de Tivaouane qui s’apprête à célébrer, dans la nuit de samedi à dimanche, l’anniversaire de la naissance

du prophète Mohamed, communément appelé Maouloud ou Gamou au Sénégal, est dans la ferveur à moins de 48 de l’évènement religieux, a constaté l’APS.

Plusieurs fidèles musulmans commencent à affluer vers cette cité religieuse, à l’occasion du Maouloud. Les mausolées des anciens khalifes et descendants d’El Hadj Malick Sy, sont pris d’assaut par les pèlerins qui viennent s’y recueillir.

Cette année encore, l’évènement s’annonce comme un grand moment de mobilisation religieuse. En effet, à quelques heures de son démarrage, la ville semble exiguë pour contenir les vagues de fidèles qui affluent de différentes localités du pays.

Ce vendredi, vers 13h, ils commençaient à prendre d’assaut les différents mausolées des grandes figures de la famille Sy reposant à Tivaouane pour la grande prière hebdomadaire. La plupart des fidèles convergent surtout vers le mausolée de Seydi El Hadj Malick Sy (1855-1922). Ce dernier est enterré dans le même tombeau que son fils Elhadji Mansour Sy, père de l’actuel khalife.

Les mausolées d’Elhadji Abdou Aziz Sy et d’Elhadji Habib Sy situés dans une chambre attenante de la mosquée constituent également l’attraction des disciples tidjanes pour ce présent Gamou.

Certains fidèles interrogés disent qu’ils ont préféré venir hier jeudi pour assister à la cérémonie de clôture du bourd (une séance de lecture de panégyristes sur le prophète mais aussi assister à la prière du vendredi avant de rentrer pour célébrer l’évènement religieux en famille.

C’est le cas de Mouhamadou Lamine Dieng venu du quartier Liberté 5 de Dakar. Ce fidèle rencontré devant la mosquée abritant également le mausolée d’Elhadji Malick Sy déclare que « depuis quelques années je viens à Tivaouane pour les fins de Bourda pour éviter le spectre de l’hébergement ».

« Mais cette année, j’ai voulu assister à la prière du vendredi. Du coup, j’ai passé la nuit ici à cette fin’’, a-t-il poursuivi.

La célébration populaire du Maouloud a été lancée par le savant et soufi sénégalais El Hadji Malick Sy (1855-1922), vers les années 1900. Il l’a initié pour la première fois à Saint-Louis, avec son compagnon El Hadji Rawane Ngom dont la famille est aujourd’hui installée à Mpal (Nord).

Il le poursuivra après son installation définitive à Tivaouane en 1902. Depuis cette date, cette capitale départementale située dans la région de Thiès accueille des milliers de fidèles musulmans.

La ville de Tivaouane abrite une grande branche de la confrérie des Tidjanes au Sénégal. Cette voie musulmane du soufisme a été fondée par Sidi Ahmed Al Tidjani, qui est né en 1737, en Algérie, et rappelé à Dieu en 1815, à Fez, au Maroc.

Cette confrérie doit surtout son essor en Afrique occidentale à l’action d’El Hadj Omar Tall (1794-1864). Au Sénégal, par contre, le mérite de sa propagation revient notamment à El Hadj Malick Sy dont la chaîne initiatique remonte à Elhadji Oumar par l’intermédiaire de son oncle Alpha Mayoro Wellé.

En 1902, El Hadj Malick Sy se fixa définitivement à Tivaouane, qui devint, sous son impulsion, un centre d’enseignement et de culture islamiques. Il y initia la célébration du Mouloud.

A sa disparition, en 1922, son fils Ababacar Sy assure le califat. Puis, Mansour Sy, le frère cadet de ce dernier, prit le relais en 1957, mais il mourut quatre jours après son accession aux fonctions de khalife.

El Hadji Abdoul Aziz Sy « Dabakh » (1904-1997) assura sa succession, pour une période de 40 ans, de 1957 à 1997. L’année 1997 a inauguré l’ère des petits fils avec Mouhamadou Mansour Sy Comme premier khalife. La charge revient aujourd’hui à Serigne Babacar Sy Mansour.

SMD/ASB / APS
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.