Tambacounda : Démarrage du PNASA en 2018, pour renforcer la résilience des ménages.

PNASA, por la sécurité alimentaire à Tambacounda
Mody Diop coordonnateur du PUSA

L’Etat du Sénégal compte poursuive son action d’aider les ménages afin de renforcer

davantage leur résilience. Pour ce faire, il entend démarrer un programme en 2018 dénommé PNASA. Le Coordonnateur du programme PUSA(Plan d’urgence pour la sécurité alimentaire), Mody Diop, en a fait l’annonce, mercredi à Tambacounda.

Il était en compagnie du Préfet de Tambacounda, Mor Tine, pour procéder à la remise symbolique des 1538 tonnes de riz destinées aux neuf communes du département. Cela entre dans le cadre du PUSA, en vue d’aider les six départements du pays les plus touchés par l’insécurité alimentaire (Bambey, Malem Hodar, Kanel, Tambacounda, Matam et Goudiry).

Mody Diop a profité de son face-à-face avec la presse locale, pour exposer les objectifs et les composantes du PNASA.

« Nous avons déjà trouvé 76% du financement du programme. Il vise à assurer la sécurité alimentaire et renforcer surtout la résilience des ménages. La résilience, c’est la capacité qu’ont les ménages à faire face à l’incertitude et aux risques de choc, à répondre efficacement à ce choc, à s’adapter de manière durable », barjaque Mody.

Si l’on en croit Diop, ce programme est la mise en œuvre d’une décision prise par l’Etat l’an dernier.

« En janvier 2016, il y a une stratégie nationale de sécurité alimentaire et de résilience qui a été adoptée par le gouvernement. Et maintenant, pour mettre en œuvre cette stratégie, il y a eu ce programme quinquennal qu’on appelle le PNASA qui a cinq sous-programmes », informe Diop.

Parmi ces sous-programmes que sont renforcement de la disponibilité, accès à l’alimentation saine, suffisante et nutritive, gouvernance en matière de sécurité alimentaire, prévention et concertation en matière de sécurité alimentaire, les NTR (nouveaux terroirs résilients) constituent le volet le plus important du PNASA, toujours selon le Coordonnateur du programme PUSA.

« (…) L’idée (avec les NTR) c’est de construire des terroirs qui ont une forte capacité en matière de résilience(…) », justifie-t-il.

Mais avant d’en arriver aux NTR, il faudra mobiliser le reste du financement .

Mody Diop espère qu’il « sera trouvé dans les meilleurs délais ».
Amédine FAYE : actuprime.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.