Tambacounda : L’ASEERT mécontente de ne pas bénéficier de subventions municipales.

ASEERT

Décidément, il n’y a pas que les travailleurs des collectivités locales qui ressentent les manquements de l’acte III de la décentralisation. La région n’étant plus une collectivité locale, le prétexte est tout trouvé pour certaines autorités pour ne pas donner une suite favorable à la demande de leurs gouvernés. C’est le cas du maire de la commune de Tambacounda, M. Mame Balla Lô avec l’ASEERT (Association des Elèves et Etudiants Ressortissants de Tambacounda).

« Depuis mon accession au poste de président de la structure, nous n’avons pas encore reçu de subvention venant de la mairie de Tambacounda. Toutes les activités que nous avons eu à mener, nous les avons déroulées avec l’appui des autorités qui sont hors de Tambacounda », tonne le Président de l’ASEERT, Cassien Diam Ndiaye. Il ajoute que « la première structure estudiantine représentant Tambacounda à Dakar rencontre beaucoup de difficultés ».

« Cette structure aurait pu être fortifiée par les autorités locales. Si chaque commune de la région de Tambacounda octroyait une contribution financière, ça serait une bonne chose pour l’ASEERT », entrevoit le Président de l’ASEERT. Une association qui compte au moins 700 membres et qui a été créée en 1996.

A chaque fois qu’il sollicite le maire Mame Balla Lô, il leur oppose l’argument de l’acte III de la décentralisation. « Il dit qu’il ne peut pas subventionner une structure régionale », confie M. Ndiaye.
Par ailleurs, M. Ndiaye regrette le fait que certaines autorités les utilisent uniquement pour leurs rencontres politiques.

Même avec ces difficultés d’ordre financier, l’ASEERT compte œuvrer pour le bien-être des étudiants ressortissants de Tambacounda à Dakar. « Nous accompagnerons nos jeunes frères et sœurs nouvellement orientés, afin qu’ils puissent facilement s’intégrer. Pour ce faire, nous aurons recours aux systèmes de parrainage pour guider les nouveaux étudiants une fois à Dakar », informe M. Cassien Diam Ndiaye.

A noter que 115 nouveaux bacheliers ont pu être inscrits par l’ASEERT sur la plateforme Campusen concernant les propositions d’orientation dans les universités privées, d’après son président.

Amedine FAYE : actuprime.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.