Le spationaute français, Thomas Pesquet et le cosmonaute russe Oleg Novitskia sont arrivés sur terre (Vidéo)

Thomas Pesquet
Thomas Pesquet aidé, aprè l'atterrissage

Après avoir passé près de 200 jours dans la station spatiale internationale, le spationaute français Thomas Pesquet et le cosmonaute russe Oleg Novitskia ont atterri vendredi comme prévu à 16 h 10 au Kazakhstan.


Après un séjour de près de 200 jours dans l’espace, le spationaute français Thomas Pesquet, 39 ans, et le cosmonaute russe Oleg Novitski ont atterri à 16 h 10 au Kazakhstan.

À 10 h 47 GMT (12 h 47 heure de Paris), les deux hommes ont quitté la station spatiale internationale (ISS) à bord du vaisseau Soyouz, où ils avaient pris place trois heures auparavant. « Le désarrimage a eu lieu à l’heure prévue, tout va bien », a déclaré le Centre de contrôle des vols spatiaux russe.

« Tout s’est bien passé »

Au siège du Centre national d’études spatiales (Cnes) à Paris, Emmanuel Macron a évoqué cet échange de six mois lors d’une conversation téléphonique avec Thomas Pesquet, qui lui a dit : « Tout s’est bien passé ». Et le président de poursuivre, « Vous nous avez fait rêver pendant tous ces mois avec vos images, vos tweets ».

À l’aller, les deux hommes étaient accompagnés de l’Américaine Peggy Whitson, 57 ans, qui a vu sa mission prolongée jusqu’en septembre. Sa place dans le vaisseau russe restera vide. « Ils vont bien sûr nous manquer, ce sont des astronautes exceptionnels », a déclaré, les larmes aux yeux, Peggy Whitson, avant de passer le commandement de l’ISS à Fiodor Iourtchikhine. Les cosmonautes avaient mis deux jours pour rejoindre l’ISS, mais il ne leur a fallu que trois heures et une vingtaine de minutes pour atterrir, vers 14 h 10 GMT (16 h 10, heure de Paris), dans les steppes du Kazakhstan.

Après six mois et demi en apesanteur, les astronautes ont brutalement retrouvé la gravité. Ils ont pu ressentir jusqu’à quatre fois leur poids pendant la décélération. À une dizaine de kilomètres d’altitude, les parachutes se sont déployés, freinant encore le Soyouz. Lorsqu’ils ont touché le sol, les équipes de récupération et de secours ont foncé vers le point d’atterrissage.

L’équipe médicale de l’ESA surveillera la réadaptation à la gravité du Français, qui sera également soumis à une batterie de tests et d’examens médicaux à visée scientifique.

« Thomas a rempli tous les objectifs fixés »

Benjamin des astronautes européens, dixième Français à aller dans l’espace, Thomas Pesquet, 39 ans, effectuait son premier vol dans l’espace. Ingénieur aéronautique et pilote de ligne, il a mené au total 60 expériences scientifiques et réalisé deux sorties pour des opérations de maintenance de l’ISS. Le commandant de bord du Soyouz, Oleg Novitski, 45 ans, est pour sa part un ancien pilote de l’armée de l’air russe, père de deux petites filles. Il avait déjà passé cinq mois sur l’ISS en 2012 et en 2013. Il a cette fois effectué une cinquantaine d’expériences scientifiques pour l’agence spatiale russe Roskosmos.

« Les deux cosmonautes ont rempli toutes les tâches qui leur avaient été confiées de façon satisfaisante », a déclaré à l’AFP Iouri Malentchenko, vice-directeur du Centre de préparation des cosmonautes à la Cité des étoiles, près de Moscou. « Thomas Pesquet s’est préparé à la Cité des étoiles. Nous avons bien vu qu’il était très qualifié, un véritable professionnel (…), avec une grande envie de travailler dans l’espace. Et son vol a confirmé ces qualités », a-t-il ajouté.

« Thomas a travaillé de façon remarquable », assure de son côté Jean-Yves Le Gall, président du Cnes. « Il a rempli tous les objectifs fixés, que ce soit sur le plan scientifique ou la maintenance de l’ISS. Cerise sur le gâteau, il a permis au grand public de devenir acteur de la mission », en communiquant sur les réseaux sociaux..

france24.com avec AFP

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.