Le Sénégal ne compte que 152.000 titres fonciers sur 15 millions de titres recensés

0
102
Les titres fonciers au Sénégal

Le Sénégal ne compte que 152 000 titres fonciers à peine, représentant un pour cent des 15 millions

de titres recensés sur le territoire national, a révélé lundi l’expert en foncier Kader Fanta Ngom qui s’appuie sur un diagnostic de la réforme foncière.

Introduisant une communication axée sur le foncier au cours d’un atelier d’échange des maires du pole territoire du Sine-Saloum sur la « transition agro-écologique et les enjeux de la gestion forestière », il a prédit une recrudescence des conflits liés au foncier.

« Cette situation fait que dans notre pays la majorité des terres sont dans le domaine national [et] gérées par les collectivités locales », a expliqué l’expert foncier. Il a invité les maires à se doter d’instruments scientifiques de gestion de leur terre.

Il note que de manière générale, « 60 pour cent des terres arables recensées dans le monde’’ se trouvent sur le continent africain.

Aussi fait-il observer une « tendance des pays développés à utiliser ce continent comme terre d’accueil de leurs projets agricoles », d’autant qu’il y a en Afrique « la présence d’une main d’œuvre bon marché et favorisant l’externalisation de leur société ».

Selon lui, des banques investissent aujourd’hui dans le foncier jugé plus rentable que l’investissement financier, un regain d’intérêt qui s’explique par les crises alimentaires, énergétiques et financières que le monde a connues ces dix dernières années.

Il a relevé aussi la tendance de certains pays à développer des politiques foncières attrayantes en faveur des investisseurs, faisant toutefois fait remarquer qu’au Sénégal, le foncier a une valeur socio-économique supérieure à sa valeur économique.

« Cela explique le fait que certaines grandes sociétés ont acquis des terres en respectant toutes les procédures édictées mais n’arrivent pas les exploiter », déclare-t-il, précisant qu’elles ont négligé cet aspect au départ de leur projet.

Marième Sow d’Enda Pronat s’est réjouie de la nouvelle politique annoncée par les autorités sénégalaises, laquelle place l’agro-écologie au centre des initiatives du secteur. Elle a plaidé pour une réflexion inclusive de toutes les parties prenantes.

’’L’agro-écologie est un projet de société’’, a-t-elle rappelé, vantant la promotion des exploitations familiales favorisant l’autonomie des populations.
AMD/ASG/BK / APS
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire