« Le Sénégal a le potentiel d’être parmi les trois premiers pays producteurs mondiaux de phosphate et d’acide » (Premier ministre)

Le Sénégal producteur de phosphate et d'acide
Image d'illustration

Le potentiel du Sénégal le prédestine à faire partie des trois premiers pays producteurs mondiaux

de phosphate et d’acide, a laissé entendre mardi le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne.

« Avec un tel potentiel, le Sénégal est aujourd’hui bien positionné pour être parmi les trois premiers pays producteurs mondiaux de phosphate et d’acide, conformément aux objectifs du Plan Sénégal émergent (PSE) », a dit le chef du gouvernement sénégalais.

Les Industries chimiques du Sénégal (ICS), par exemple, « sont parvenues à leur pleine capacité en 2016 avec une production de 1,67 million de tonnes de phosphates de chaux et 431.010 tonnes d’acide phosphorique », a révélé Mahammed Dionne lors de sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale.

Ce résultat a été obtenu grâce à la mise en œuvre d’un programme de relance et à la faveur de la réhabilitation des installations de production des ICS et de fourniture d’énergie, a indiqué le Premier ministre.

Selon M. Dionne, les « niveaux de production attendus pour 2017 sont respectivement de 1,8 million de phosphates de chaux et de 500.000 tonnes d’acide phosphorique pour les ICS et 1,2 million pour les phosphates de Matam ».

Il estime que « le renforcement de la production des mines de Matam et la mise en exploitation de celles des régions de Diourbel, Matam, Louga, Thiès et Kédougou augurent de bonnes perspectives pour la filière phosphates ».

« La production prévisionnelle attendue des nouvelles unités dépasse les 3 millions de tonnes de phosphates et plus de 600 mille tonnes d’acide. Les nouvelles découvertes de phosphates sont évaluées à plus de 120 millions de tonnes. Mieux, les nouveaux investissements dans cette filière intègreront des unités de production d’engrais », a ajouté Mahammed Dionne.

Il affirme que le développement de la filière mines et fertilisants a l’avantage de drainer tout un écosystème de PME-PMI contribuant à la création d’emplois et de revenus dans les zones d’exploitation.

« Le dynamisme de l’activité minière, a-t-il relevé, c’est aussi la production d’or qui devrait augmenter significativement avec la consolidation de l’activité des mines existantes et le démarrage de trois nouvelles mines d’un potentiel de près de 6 millions d’onces ».

« Il en est de même pour le zircon dont la production sur la grande côte a atteint 62.000 tonnes en 2016 », a signalé le chef du gouvernement sénégalais.

BHC/BK / APS
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire