Sénégal : le bébé baleine échoué sur la côte de Rufisque le lundi 16 Août 2021 ressemble à une baleine bleue recherchée, mais protégée

Voici la vidéo de la baleine qui a échouée lundi 16 Août 2021 sur la côte de Rufisque, au Sénégal, derrière l’école St-Joseph à côté de la Dscos. Elle a été vraisemblablement fracassée contre les rochers sur lesquels elle est restée bloquée. Son parcours s’est terminé par ce qui visiblement commençait à être le sort réservé à sa carcasse par les populations.

Selon des témoignages recueillis sur place, quand la baleine a échouée, elle était encore vivante. Certains connaisseurs estiment qu’il s’agit d’un bébé baleine de 10 à 15 mètres, âgé d’environs trois mois. Personne ne saura sans doute jamais les causes de son affaiblissement qui l’ont conduite jusqu’à la côte rufisquoise. La blessure visible sous son aileron a-t-elle été causée en mer, par le choc contre les rochers ou par les populations attelées à se servir sur sa carcasse ?

La cause de sa mort reste inconnue. Pourtant, des personnes ont malgré tout consommé de cette viande le premier jour. Par la suite, le lendemain mardi, d’autres en ont tiré plusieurs chargements de camionnettes et d’autres moyens, sans que l’usage qui en a été fait soit connu. Certains ont néanmoins affirmé que la viande de ce bébé baleine était destinée à l’élevage canin. Les services compétents en matières de santé publique n’ont pas été remarqués sur les lieux. L’histoire de ce bébé baleine s’est déroulée dans l’indifférence quasi totale à l’exclusion de l’engouement de certaines personnes qui ont tiré profit de sa carcasse.

Un fait marquant est que ce bébé baleine présente des caractéristiques d’une baleine bleue protégée, parce qu’étant une espéce en voie de disparition, par la couleur de son dos et le ventre d’un blanc plus ou moins argenté à rayures. La baleine bleue est menacée par le réchauffement climatique et la chasse illégale.

Sous l’effet des changements climatiques et de l’acidification des océans les sources de nourriture des baleines bleues sont devenues rares. Ce qui les pousse à de longues migrations qui les essoufflent et les font échouer sur des côtes. Souvent loin de la haute mer, les baleines approchant les eaux territoriales rencontrent et se nourrissent de micro plastiques et des déversements chimiques des continents. Les collisions avec les bateaux ainsi que le bruit des sonars qui perturbent leurs systèmes d’orientation peuvent être fatales aux baleines bleues dans la quête de leur nourriture.

Par la chasse illégale, la baleine bleue est recherchée pour sa viande, son huile et sa graisse qui alimentent les restaurants huppés du monde occidental et asiatique ainsi que les milieux du business international. Il y’a beaucoup d’argent en jeux sur la tête de cette baleine traquée partout dans les océans du monde, en particulier par les japonais.

La masse de ce bébé baleine, encore en vie, a néanmoins traversé les eaux territoriales sénégalaises sans être repérée par les structures de surveillance maritime et côtière. Les organisations de défense de la faune marine n’ont rien vu. Elle n’a pas plus attiré l’attention ni provoqué la réaction d’autres structures compétentes sur le continent, à Rufisque, à Dakar ou à Mbour. Personne ne sait si ce bébé baleine aurait pu être secouru, soigné et sauvé pour être remis à l’océan, en haute mer, son milieu d’évolution. Un lien et un équilibre ont sans doute été rompus.
La rédaction
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.