Le Sénégal a sept nouveaux Généraux, dans l’armée et la gendarmerie

Général Meissa Niang, futur patron de la gendarmerie nationale

Sept nouveaux généraux, dont six militaires et un gendarme, ont été promus et vont étrenner leurs étoiles ce 16 juillet, en novembre et décembre prochains. L’un des enseignements majeurs du décret présidentiel est que le général Meïssa Niang sera le prochain patron de la gendarmerie nationale et que le général Victor Tine va commander la Brigade nationale des sapeurs-pompiers (Bnsp).

Le président de la République, chef suprême des armées, a élevé, à la date du 12 juillet 2016, sept officiers supérieurs au grade de général de brigade en sus de la nomination du général Meïssa Niang comme patron de la gendarmerie nationale. Déjà général depuis le 1er janvier 2012, Meissa Niang, plus ancien brigadier en ce moment, deviendra Haut-commandant de la gendarmerie et Directeur de la justice militaire à la date du 11 novembre, en remplacement au général de division actuel Mamadou Guèye Faye qui deviendra également général de corps d’armée le 16 août prochain.

Un autre gendarme, Mamadou Diouf, jusque-là attaché de défense en Italie, va étrenner ses étoiles de général le 1er novembre prochain. Le colonel Diouf a, selon des sources concordantes, « renforcé et raffermi la coopération militaire entre les deux pays » après un parcours honorable dans la maréchaussée. Il a aussi commandé la Légion de gendarmerie de Thiès. Les tout prochains généraux sont Victor Tine, Abou Thiam, Maguette Bâ et Momar Diagne. Ces quatre colonels vont faire leur entrée dans le cercle restreint des étoilés le samedi 16 juillet prochain.

Jusque-là conseiller au ministère des Affaires étrangères, Victor Tine va prendre les rênes de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers en remplacement du général Pape Samba Kamara avec qui il va en quelque sorte permuter. Au parcours excellent, Victor Tine, formé à l’Académie royale de Meknès (Arm), a une grande expérience des armées après avoir été adjoint au chef d’état-major de l’Armée de terre (Cemat), patron de la Direction de la protection et de la sécurité des armées (Dpsa), commandant de la zone 4 (Tambacounda). Le cavalier qu’il est a été attaché de défense à Addis-Abeba. Il traîne aussi les séquelles d’une blessure de guerre contractée en Casamance.

A la tête de la Direction de l’information et des relations publiques des armées (Dirpa), le colonel Abou Thiam a beaucoup œuvré pour une meilleure visibilité des armées. Avec un « engagement et une détermination sans faille », il s’est illustré dans l’exécution de la vision du chef d’état-major des armées (Cemga). Egalement cavalier, il sera prochainement conseiller à la présidence de la République. L’autre cavalier est le colonel Magatte Bâ, conseiller défense du Premier ministre. Formé à l’Arm du Maroc, le colonel Bâ a un parcours normal qui l’a amené à gravir tous les échelons. Il a aussi commandé la zone militaire n°2 (Saint-Louis).

Breveté de l’Ecole supérieure de guerre au Führungsakademie (Académie de Haut Commandement et d’état-major de Hambourg en Allemagne), le colonel Bâ est titulaire d’un DUEL II en Droit à l’université Mohamed V de Rabat. Il termine un Master en défense, sécurité et paix à l’Université Cheikh Anta Diop Dakar et au Centre des hautes études de défense et de sécurité. Le dernier des quatre est le marin Momar Diagne qui va remplacer le général Cheikh Bara Cissokho comme chef d’état-major de la Marine (Cemarine). Ce dernier prend la relève du sous-Cemga, le général Sané qui va intégrer la deuxième section (retraite). L’amiral Cissokho aurait, selon certaines sources, « révolutionné la Marine nationale ». Il est même vu comme un « deuxième Faye Gassama sur le plan de l’infrastructure, des équipements et des entraînements ». « Le sous-Cemga est le coordonnateur des activités de l’état-major. La conception et la planification de toutes les activités et services relèvent de lui. Son travail requiert des qualités de leadership dont dispose le général Bara Cissokho », selon une source autorisée. Le prochain Cemarine est également présenté comme un « homme très engagé, qui ne rechigne pas à la tâche ».

Jusque-là sous-Cemga chargé des questions de logistique à l’état-major, le colonel Diagne aurait gardé ses bureaux à la Marine où il continuait d’apporter son concours.

Les deux autres généraux de l’armée sont les colonels Daouda Niang et Banda Diène. Actuel chef de cabinet du Cemga, le colonel Daouda Niang est un commando aguerri qui a aussi gravi tous les échelons. Il a commandé l’Ecole nationale des officiers d’active (Enoa) et la Cellule de lutte antiterroriste. C’est un bon professionnel. Il passe général le 16 novembre prochain. Last but not least est l’intendant-colonel Banda Diène qui arborera ses étoiles le 16 décembre. Il aurait modernisé l’ordinaire des armées, nourrissant et équipant bien les hommes.

Ibrahima Khaliloullah NDIAYE / lesoleil.sn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.