Sédhiou : Enfance et Paix lance une campagne de sensibilisation contre la maltraitance

Image d'illustration

Une campagne de sensibilisation pour mettre fin aux mariages des enfants est lancée hier, mercredi 22 juin à Sédhiou, à l’initiative de l’Ong Enfance et Paix, en collaboration avec ses partenaires d’appui. Les mariages et grossesses précoces en milieu scolaire, les abus sexuels, la mendicité et l’absence de pièces d’état-civil sont, entre autres, violences administrées à cette couche vulnérable. Différents acteurs ont pris part à cet atelier. Des recommandations sont faites en vue de renforcer la gouvernance démocratique en direction des enfants.

«Mettre fin aux mariages d’enfants», c’est le thème de la campagne de sensibilisation lancée hier mercredi par l’Ong Enfance et Paix, dans le cadre du Projet de renforcement de la bonne gouvernance pour une meilleure protection de l’enfance, avec un accent sur l’éradication de toutes les formes de violence contre l’enfance. Ce lancement est marqué par l’organisation de plusieurs panels sur les mariages d’enfants et l’excision, l’état-civil, les violences et abus sexuels, la mendicité des enfants talibés et les grossesses précoces en milieu scolaire.

«Il s’agit, en effet, de mettre fin aux mariages des enfants suite à une initiative de l’Union africaine (UA), mise en œuvre par Enfance et Paix, en partenariat avec Save the Children et l’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID). Cette campagne vise à sensibiliser les communautés de Sédhiou sur les multiples formes de violences faites aux enfants», a déclaré Mamadou Lamine Sadio, le coordonnateur de l’Ong Enfance et Paix.

Et de poursuivre, sur les formes de violences les plus récurrentes: «les abus sexuels, les viols, les grossesses et mariages précoces surtout en milieu scolaire, la mendicité, l’absence de déclaration des enfants à la naissance, l’excision. Nous remercions les services techniques, les élus, les notabilités religieuses et coutumières et les administratifs qui ont bien participé à cet atelier».

La demoiselle Diénéba Tamba de Madina Wandifa nourrit l’espoir d’une meilleure protection de l’enfance en invitant les adultes à mieux prendre soin d’eux. Youssouph Djité, maire de la collectivité des enfants, de renchérir que «le temps est arrivé de mettre fin aux maltraitances administrées aux enfants car, nous sommes l’avenir de la nation. Et, ceux qui nous maltraitent partirons et nous laisseront dans des situations qui ne militeront point à notre épanouissement et au développement du pays».

Les communications faites par les coordonnateurs de l’AEMO (Action éducative en milieu ouvert), la RADDHO, les techniciens de la santé et Amnesty International ont éclairé le nombreux public qui a effectué le déplacement. Et, parmi eux, les leaders communautaires, les élus et autres organisations de la société civile. Enfin et quoique participant à un Comité régional de développement (CRD) au moment où se tient cet atelier, le préfet de Sédhiou, Ibrahima Fall, par ailleurs président du Comité départemental de protection des enfants (CDPE), a marqué sa présence à ce panel et exhorté les différents acteurs à «œuvrer pour l’exercice du droit des enfants afin de les protéger des violences dont ils sont victimes».
sudonline.sn

Laisser un commentaire