Rwanda : Washington déçu par la décision de Paul Kagame de se représenter

Arrivé au pouvoir en 2003 avant d’être réélu sept ans après avec plus de 90% des suffrages, le président Paul Kagamé avait déclaré urbi orbi qu’il ne se représenterait plus à un troisième mandat pour respecter les limites imposées par la charte fondamentale de son pays. Plébiscité par ses ouailles qui ont lancé des pétitions favorablement accueillies par la majorité de la population rwandaise, le président sortant n’en fait moins que de se dédire.

Le président rwandais Paul Kagamé qui termine en 2017 ses deux mandats de sept ans autorisés par la constitution sera finalement candidat en 2017 pour rempiler à la tête du pays.

Mais cette volonté de Paul Kagamé n’est pas du goût de Washington qui pense qu’avec cette décision, le président Kagamé rate une occasion historique de renforcer et consolider les institutions démocratiques que le peuple rwandais s’est échiné à bâtir depuis plus de 20 ans.

C’est en tout cas la déclaration faite samedi à travers un communiqué par le porte-parole du département d’Etat américain, John Kirby.

Selon ledit communiqué qui nous est parvenu, les Etats-Unis estiment que les changements de pouvoir respectant la constitution sont essentiels aux démocraties solides et que les efforts de dirigeants sortants visant à changer les règles pour se maintenir au pouvoir affaiblissent les institutions démocratiques.

John Kirby de poursuivre : « Les changements qui favorisent un individu au détriment du principe de transition démocratique nous inquiètent particulièrement ». Non sans appeler le gouvernement rwandais à garantir et protéger le droit de ses citoyens à exercer leur liberté d’expression, de conscience et de réunion pacifique-les caractéristiques des vraies démocraties.

Pour rappel, la nouvelle Constitution continue de limiter à deux le nombre de mandats présidentiels, tout en abaissant sa durée de sept à cinq ans. Mais elle stipule aussi que la réforme n’entrera en vigueur qu’après un nouveau septennat transitoire, entre 2017 et 2024. Le président sortant est éligible pour ce septennat transitoire, de même qu’aux deux quinquennats suivants.

Thienadine

Get in Touch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get in Touch

0FansJ'aime
3,695SuiveursSuivre
20,500AbonnésS'abonner

Latest Posts

%d blogueurs aiment cette page :