Relance du Théâtre au Sénégal : 14 millions pour les comédiens

Mbagnick Ndiaye, ministre de la culture et de la communication du Sénégal

Rien n’est trop beau ni trop gros pour ressusciter le quatrième art. Des mesures sont prises dans ce sens par la tutelle. Mbagnick Ndiaye les a annoncées dimanche dernier, date marquant la célébration de la journée internationale du théâtre, à Sorano.

A l’occasion de la journée internationale du théâtre célébrée ce 27 mars, le ministre de la Culture et de la Communication a annoncé un programme de relance du quatrième art. Il a fait savoir, lors de la cérémonie officielle de cette journée tenue au théâtre national Daniel Sorano, que la tutelle va organiser une compétition dans la plus saine émulation. ‘’Le chef de l’État, en décidant de faire du Sénégal une destination culturelle, a mis en place une coupe destinée au théâtre d’une valeur de 10 millions de FCfa. Maintenant, il appartiendra à la Direction des arts et au bureau national de l’Arcots (ndlr association des artistes comédiens du théâtre sénégalais) de voir les modalités pratiques de mise en place de cette décision importante’’, a déclaré Mbagnick Ndiaye venu présider cette journée.

En sus, le ministère de la Culture et de la Communication apportera sa participation en soutenant l’Arcots et en faisant revivre le théâtre dans les écoles. ‘’Nous avons aussi décidé de participer à la relance du théâtre, d’abord en donnant une subvention de 4 millions pour le fonctionnement de l’association nationale en charge du théâtre. Nous allons aussi essayer de relancer le théâtre à l’école élémentaire en commençant par deux régions : la région de Kédougou où nous allons mettre une prime de 1 million 500 mille FCfa ainsi que la région de Kaolack où le même montant sera remis’’, a-t-il indiqué. Une subvention pour l’Arcots qui (re) vient à son heure et donne un écho favorable aux demandes de son président. ‘’Le théâtre n’est pas en décadence comme le soutiennent certains théoriciens. Il n’est pas non plus en situation de léthargie, il a simplement été laissé pour compte.

Il a été sevré depuis qu’on lui a coupé la subvention. Ils (ndlr les comédiens) sont souvent oubliés par les gouvernants et, après avoir tout donné à leur pays, se débattent seuls sur la pente au soir de leur carrière. Notre cri du cœur n’est guidé que par le souci de bien faire et par la rage de voir se réhabiliter un vrai théâtre’’, a dit le président national de l’Arcots Pape Faye. Même s’il reconnaît quand même qu’‘’hier comme aujourd’hui, force est de constater qu’au théâtre, toutes les choses se ressemblent. Les jours se ressemblent, partout, c’est les mêmes frissons, les mêmes râles, le même désespoir, le même triste tableau, la même chaîne de lamentations, de complaintes et de frustrations. La journée mondiale du théâtre doit être perçue comme une plate-forme de revendications et est un cadre de réflexions et d’échanges. Elle doit poser les problèmes du secteur pour permettre à l’artiste de s’exprimer, de diagnostiquer les maux qui paralysent son art’’, ajoute Pape Faye.

En outre, la réhabilitation pourrait se faire eu égard à l’engagement des autorités mais aussi à leur prise de conscience. En effet, a déclaré Mbagnick Ndiaye, ‘’le théâtre est très important car il soulage, il déstresse, mais aussi il a un caractère éducatif vis-à-vis de la société. C’est pourquoi, on ne doit pas négliger le théâtre. C’est grâce au théâtre qu’on a connu le Sénégal partout à travers le monde du temps de Léopold Sédar Senghor’’. Et pour redonner au Sénégal cet aura qu’il avait grâce au théâtre, le directeur du théâtre Sorano Sahite Sarr Samb propose que ces décisions prises cette année se perpétuent dans l’avenir ‘’pour que le théâtre aille le plus loin et le haut possible’’.

BIGUE BOB / enquêteplus.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.