Le référendum en chiffres : Le point avec la direction générale des élections

Image d'illustration

Tout est fin prêt pour la tenue du référendum prévu demain. C’est l’assurance donnée, hier, par le Directeur général des élections (Dge), qui annonce que ses services ont mis en place un dispositif de veille qui sera opérationnel, dès aujourd’hui.

Demain, jour de vérité pour les partisans du «Oui» et ceux du «Non». En effet, c’est ce dimanche que se tiendra le référendum, convoqué par le président de la République, Macky Sall, dans le dessein de faire avaliser par le peuple les 15 points de son projet de réforme institutionnelle.

A la veille de cette importante échéance, le Directeur général des élections (Dge) se veut très rassurant par rapport à l’organisation de cette consultation populaire qui déchaîne toutes les passions et qui s’annonce indécise.

«A l’heure où je vous parle, il n’y a aucun problème à notre niveau. En ce qui concerne l’étranger, le matériel est parti depuis 10 jours. A l’intérieur du pays également, le matériel a été acheminé depuis presque une dizaine de jours. On s’y est pris très tôt. Un dispositif de veille a été mis en place. Il sera fonctionnel à partir de demain (ndlr : aujourd’hui)», indique Thiendella Fall, dans l’entretien qu’il nous a accordé, hier.

5 496 406 ELECTEURS POUR DEPARTAGER LE «OUI» ET LE «NON»

Sur sa lancée, le Dge révèle que 5 496 406 électeurs devraient s’acquitter, dimanche, de leur devoir civique. Ils sont répartis dans 12 381 bureaux de vote. Quant à l’étranger, Thiendella Fall renseigne qu’il y a 204 990 électeurs et 647 bureaux de vote pour 39 pays.

Pour ce qui concerne le nombre de bulletins de vote, M. Fall relève : «C’est le fichier majoré de 20% pour chaque courant». Soit plus de 12 millions de bulletins de vote : 6 millions pour le «Oui» et le 6 millions pour le «Non».
Quid des accusations de fraude des partisans du «Non», qui parlent même d’éventuels bourrages des urnes ? Le Dge réclame, d’abord, des preuves : «Qu’on nous la démontre».

Avant de souligner : «Le système sénégalais est solide et mûr. Logiquement, je ne vois pas comment une fraude peut être réalisée. Si on bourre les urnes, il y aura une incohérence sur les Pv. Qui va émarger à la place ? En outre, dans les bureaux de vote, chaque courant est représenté. Il y a également les contrôleurs de la Céna, les délégués de la Cour d’appel qui circulent, de même que les journalistes».
Le Populaire avec seneplus.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.