La production céréalière du Sénégal en hausse, résultat d’une bonne campagne agricole

Hausse de la production céréalière au Sénégal

Malgré le démarrage tardif de l’hivernage de cette année et une faible pluviométrie notée par endroit

sur le territoire national, la production agricole s’avère prometteuse par rapport aux prévisions. C’est l’évaluation faite par la mission conjointe Cilss/Fao/Pam/Fewsnet/Gouvernement qui s’est déroulée du 30 octobre au 06 novembre courant avec des hausses considérables des céréales. Ladite mission a fait le point hier, mardi, à Dakar, en présence de tous les acteurs des différentes structures et sur l’ensemble du pays.

La mission conjointe composée du Comité inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (Cilss), de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), du Programme alimentaire mondial (Pam), et du Fewsnet, une organisation spécialisée dans le domaine de la prévention et de la réponse aux famines et autres formes de sécurité alimentaire a livré à Dakar hier, mardi, ses premières évaluations préliminaires des récoltes de la campagne agricole 2018/2019.

Selon la mission, «La production céréalière attendue cette année confirme les prévisions déjà données. Et ce, en dépit d’un hivernage assez hurleur». La production céréalière est estimée à 2 732 109 tonnes, soit une hausse de 9% par rapport à 2017 et une hausse de 47% par rapport à la moyenne des 5 dernières années. Cette hausse de la production céréalière concerne entre autre le riz, le sorgho, le fonio, le maïs, l’arachide, le niébé, le sésame, la pastèque, la pomme de terre, qui ont respectivement connu une hausse par rapport à la campagne 2017/2018.

Ainsi, pour la production de riz, elle est de 1 132 795 tonnes soit une augmentation de 12% par rapport à la campagne agricole 2017/2018 et une hausse de 47% par rapport à la moyenne des 5 dernières années. Pour le sorgho, la production est de 291 171 tonnes, soit une hausse de 35% par rapport à la campagne précédente et une hausse de 88% par rapport à la moyenne des 5 dernières années. Quant au fonio, la production est de 3 921 tonnes, soit une hausse de 2% par rapport à la campagne précédente et une hausse de 22% par rapport à la moyenne des 5 dernières années. Et pour le maïs, la production est de 476 621 tonnes, ce qui équivaut à une hausse de 16% par rapport à la campagne précédente et une hausse de 63% par rapport à la moyenne des 5 dernières années. S’agissant de l’arachide, elle est de 1 432 086 tonnes, soit une hausse de 2% par rapport à la campagne précédente et une hausse de 49% par rapport à la moyenne des 5 dernières années. Pour le niébé, c’est pratiquement la même tendance. Elle est de 151 055 tonnes, soit une hausse de 39% par rapport à la campagne précédente et une hausse de 92% par rapport à la moyenne des 5 dernières années. Idem pour le sésame dont la production est à 18 552 tonnes, soit une hausse de 44% par rapport à la campagne précédente et une hausse de 100%, par rapport à la moyenne des 5 dernières années.

Pente ascendante pour le manioc, la pastèque, la pomme de terre…

Le manioc suit le même mouvement avec une production qui est de 1 022 802 tonnes, soit une hausse de 37% par rapport à la campagne 2017/2018 et une hausse de 123% par rapport à la moyenne des 5 dernières années. Et pour la pastèque, elle est de 1 174 416 tonnes, soit une hausse de 47% par rapport à la campagne précédente et une hausse de 387% par rapport à la moyenne des 5 dernières années. La production horticole (en cours) est de 1423 250 tonnes, soit une hausse de 8% par rapport à la campagne précédente et une hausse de 27% par rapport à la moyenne. Pour la pomme de terre, elle est de 140 000 tonnes une hausse de 17,86% par rapport à la campagne précédente et une hausse de 116,64% par rapport à la moyenne des 5 dernières années. La production d’oignon est, elle, à 428 615 tonnes soit une hausse de 7% par rapport à la campagne précédente des 5 dernières années. Pour l’horticulture, tous produits confondus, le volume total des produits exportés s’élève à 114 437 tonnes en 2017-2018 contre 106 200 tonnes en 2016- 2017, soit un accroissement de 8%.

Le mil et le coton en régression

S’agissant toutefois du mil, la production est de 827 601 tonnes, soit une baisse de 5% par rapport à la campagne précédente et une hausse de 29% par rapport à la moyenne des 5 dernières années. Cette tendance baissière est aussi notée dans la production du coton qui est de 19 224 tonnes, soit une baisse de 4% par rapport à la campagne précédente et une baisse de 13% par rapport à la moyenne des 5 dernières années.

Sur le plan pastoral, la situation est globalement satisfaisante à la faveur des pluies abondantes et régulières enregistrées pendant les mois de septembre et octobre. Il a été observé un bon développement du pâturage, une bonne présence de biomasse, malgré qu’elle ne soit pas souvent appétée par le bétail.

PAPA ABDOULAYE SECK, MINISTRE DE L’AGRICULTURE ET DE L’EQUIPEMENT RURAL : «Ces statistiques sont de la commission internationale et non du ministère»

Le ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural avertit les détracteurs par rapport aux données statistiques préliminaires de la campagne 2018/2019. «Je tiens à préciser que ces statistiques agricoles données sont de la commission internationale. C’est son évaluation faite sur une base scientifique. Demain, certains incrimineront le ministère. Ici, présents, vous avez toutes les régions représentées, tous les acteurs des différentes filières, tous les services financiers, la Fao, le Pam, le Cilss, le Fewsnet. Donc, ceci n’est pas du faux mais du réel».
sudonline.sn
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire