Présidentielle 2018 au Mali : des incidents notés au nord et au centre au cours du scrutin de ce dimanche

Scrutin présidentiel au Mali
Image d'illustration

Le vote pour la présidentielle a bien eu lieu ce dimanche 29 juillet 2018 au Mali.

Cependant, le scrutin a été émaillé par des incidents au nord et au centre du pays. Ce qui implique que les huit millions d’électeurs maliens n’ont pas tous pu exprimer leur choix entre les 24 candidats, dont une femme, en compétition.

Pour ce premier tour de scrutin, les reporters du Studio Tamani, disséminés sur l’ensemble du territoire malien, signalent plusieurs incidents au nord et au centre du pays. La veille du scrutin, des hommes armés non identifiés ont intercepté des agents électoraux et le matériel électoral de certains centres de vote de la localité de Gourma Rharouss.

D’autres individus armés ont saccagé les bureaux de vote de la commune de Gandamia à Douentza, dans la région de Mopti. Un scénario semblable, suivi de coups de feu dans la ville, s’est produit à Diambakrou, près de Konna. Des jihadistes ont menacé des habitants de certains villages du Cercle de Youwarou. Les chefs de villages de ces localités ont renvoyé les agents électoraux par peur de représailles. A Niono, dans la région de Ségou, des centres de vote ont été brulés.

Le scrutin de la présidentielle malienne a été également engagé dans une atmosphère empreinte d’optimisme pour certains et de peur de fraudes pour d’autres. Des menaces de tensions pèsent sur la proclamation des résultats. Un consensus sur la transparence du scrutin s’est dégagé après la rencontre ce samedi entre les acteurs et le Premier ministre.

Les résultats de ce premier tour de scrutin de la présidentielle 2018 au Mali sont attendus dans le courant de la semaine, sans autres précisions.

Kadialy DIAKHITE envoyé spécial à Bamako / actuprime.com
ActuPrime-La primeur et la valeur de l’information-Sénégal

Laisser un commentaire