Pour l’émergence de Bakel : Le conseil départemental fait le diagnostic et cherche la clé de la réussite

Actuprime-(Bakel)-Bakel, chef-lieu du département est situé au nord-est du pays, à 250 kilomètres de la ville de Tambacounda. Cette collectivité locale, voit couler le fleuve Sénégal qui sépare notre pays de la Mauritanie. Avec une population tournant autour de 680.000 âmes, le département de Bakel qui regroupe 12 communes, essentiellement nées de l’Acte3, est à majorité composée de Soninké, de Peul, avec une frange importante de Bambara.

Dans cette partie lointaine du Sénégal, l’émigration à toujours été le facteur dominant pour la survie des familles. Avec une population fortement ancrée dans ses traditions, Bakel malgré ses nombreuses opportunités, reste pourtant une des localités les plus pauvres du pays. La forte demande d’emploi, l’économie informelle, la désintégration, les violences conjugales, l’insuffisance sectorielle de l’emploi, la forte poussée de l’émigration, le manque de structures d’encadrements sont autant de facteurs qui nécessitent à bien des égards une synergie d’actions.

Ainsi, des mouvements associatifs sont en action pour la promotion de l’emploi des jeunes et de l’entreprenariat féminin. Devant l’urgence et les exigences de l’Acte3 de la décentralisation, le Conseil départemental a jugé nécessaire et opportun d’organiser un forum portant sur la problématique de l’emploi des jeunes et de l’entreprenariat féminin. Une rencontre au cours de laquelle il était question de poser les véritables difficultés que rencontrent ces deux couches importantes de la population, franges sans lesquelles l’émergence serait utopie.

Sous l’impulsion du Conseil départemental, les 12 communes du département de Bakel se sont réunies, avec la participation des services déconcentrés de l’Etat, du préfet ainsi que le Conseil des ressortissants de Diawara et la Convention des Cadres de Bakel, pour identifier les contraintes liées à l’émergence des jeunes et des femmes, vecteurs de développement et y trouver des solutions. Avec 58% de jeunes chômeurs et 53,6 % de femmes analphabètes, le département de Bakel porte aujourd’hui les séquelles de l’oubli et de l’ignorance des autorités.

Malgré les nombreuses politiques de jeunesse élaborées par le gouvernement depuis fort longtemps, il reste beaucoup à faire dans cette partie du Boundou et du Gadiaga, localité où l’émigration dominait. Il s’agit pour Demba Ka, président du Conseil départemental de transformer les contraintes en opportunités, par une approche novatrice, en opérant une rupture dans la définition des politiques locales de développement. En termes plus explicites, c’est donner d’abord aux jeunes les immenses opportunités qui s’offre à eux, une alternative à l’émigration clandestine.

Dans cet ordre, les femmes seront orientées sur les voies et moyens qui permettent l’entreprenariat. Ce forum revêt un intérêt particulier pour le représentant de l’exécutif, selon qui il s’agit de partager avec l’ensemble des collectivités, des partenaires et des acteurs du développement, la nouvelle vision de l’Etat et exploiter le potentiel des secteurs porteurs de développement. Pour se faire et relativement aux orientations de l’Acte3, il faut accentuer la promotion de l’emploi des jeunes et encourager l’entreprenariat féminin par la formation et la capacitation. Un besoin exprimé par les populations en quête de voies et moyens pour leur autonomisation.
Bokassa

Get in Touch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get in Touch

0FansJ'aime
3,585SuiveursSuivre
20,300AbonnésS'abonner

Latest Posts

%d blogueurs aiment cette page :