Pétrole, gaz, charbon, ces énergies fossiles ont encore de beaux jours devant elles

À l’approche de la COP26, les États pétroliers font un intense lobbying pour justifier la poursuite de l’exploitation

des énergies fossiles. C’est le cas notamment de la Norvège, le plus grand producteur européen d’hydrocarbures.

La position de la Norvège est paradoxale. C’est un champion de la transition énergétique. Les barrages hydro-électriques apportent le courant dans quasiment tout le pays, la voiture électrique représente déjà plus de la moitié des ventes de véhicules, les moteurs à essence seulement 10%, et d’ailleurs ils pourraient disparaître du parc automobile d’ici quatre ans. Et en même temps, la prospérité du pays dépend encore largement du pétrole et du gaz enfoui aux larges de ses côtes. Les hydrocarbures lui procurent la moitié de ses revenus d’exportation. C’est grâce à cette manne que l’État a pu subventionner généreusement sa transition. Ce trésor alimente son fonds souverain, le plus important au monde, et l’un des plus écoutés, un fonds qui veut s’impliquer davantage dans la finance climat et responsable.

Le nouveau gouvernement norvégien se dit favorable aux énergies fossiles

Pas question de les abandonner. Au nom de la défense de l’emploi, et aussi au nom de la sécurité énergétique. Jonas Gahr Store, le Premier ministre travailliste, se répand dans la presse européenne pour expliquer que renoncer brutalement au gaz, par exemple, dont il est le deuxième fournisseur européen, conduira à des crises énergétiques comme celle que l’on connaît en ce moment. Un sevrage brutal compromettra la transition, affirme-t-il. Son gouvernement attribuera donc de nouveaux permis de forage, si nécessaire. Le précédent gouvernement a, lui aussi, fermement défendu les intérêts de l’industrie pétrolière. Au niveau des experts du Giec, chargés d’élaborer la stratégie à suivre, la Norvège a milité pour que la capture et le stockage de carbone soit préconisé à la conférence climat de Glasgow comme une solution viable contre le réchauffement.

L’Arabie saoudite, l’Australie et le Japon ont, eux aussi, multiplié les pressions en faveur des hydrocarbures

Rien d’étonnant de la part du premier exportateur de brut, le royaume saoudien, et du premier exportateur de charbon, l’Australie. Quant au Japon, il dépend à 90% des énergies fossiles. Une dizaine d’autres pays partagent discrètement cette ligne pro-hydrocarbures, qu’ils font valoir dans les instances de négociations. Plus de 80% de l’énergie consommée dans le monde provient des énergies fossiles et cela génère plus de 70% des gaz à effets de serre. Renoncer à cette énergie est donc bien le plus court chemin pour réduire les émissions mais, pour le moment, ce n’est pas la priorité des décideurs. Entre les promesses faites au nom de la lutte contre le réchauffement et la réalité, il y a un gouffre, constate l’agence onusienne pour l’environnement. Une étude portant sur les 15 premiers États producteurs démontre que d’ici 2030, ils projettent de produire deux fois plus de charbon, de gaz ou de pétrole que ce qui est souhaitable pour limiter le réchauffement à 1,5°C.

Une industrie qui a aussi le soutien des États et des banques

Les États la subventionnent encore massivement : 300 milliards de dollars au niveau du G20, les pays les plus riches du monde. Quant aux banques, elles sont officiellement favorables à la neutralité carbone. Quarante-trois des plus grandes d’entre elles ont souscrit à l’Alliance pour la neutralité carbone, la « Glasgow Financial Alliance for Net Zero » présidée par Mark Carney, mais cela ne se voit pas encore dans leur activité. Cette année, elles ont prêté presque autant d’argent à l’industrie pétrolière qu’à des projets dans les énergies renouvelables. Des indices pas très rassurants sur la mise en veille rapide de cette industrie.
rfi.fr
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Get in Touch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get in Touch

0FansJ'aime
3,587SuiveursSuivre
20,300AbonnésS'abonner

Latest Posts

%d blogueurs aiment cette page :