Commission mixte du Parlement de la CEDEAO : Les gouvernements invités à consacrer 10% de leur budget à l’agriculture

Le Parlement de la CEDEAO s'intéresse à l'agriculture
Image d'illustration

La Commission mixte du Parlement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a bouclé, hier, sa réunion de Dakar.

Comme il est de coutume, les parlementaires de la Cedeao ont énuméré un certain nombre de propositions, notamment celle pour les gouvernements à consacrer 10% de leur budget au secteur de l’agriculture en vue de rendre plus performant ce secteur au sein de la communauté.

Au terme de la première réunion délocalisée de la quatrième législature du Parlement de la Cedeao, la commission recommande une collaboration plus étroite entre la commission mixte et les départements de l’agriculture, de l’environnement, des ressources en eau. Aussi, demande-t-elle une implication du Parlement à la participation des futures coordinations des programmes politiques de développement.

Les députés exhortent la commission que la Cedeao facilite le partage des expériences et réalisations du Sénégal, à travers des visites d’études impliquant les responsables gouvernementaux, les scientifiques, les paysans à travers une bonne stratégie d’information. Vu que le Sénégal a enregistré de grands succès dans l’ accroissement de sa production agricole et la recherche de solutions à certains défis liés à la sécurité alimentaire à travers des interventions axées sur le Pse, la commission recommande la prise en considération des problématiques émergentes liées aux changements climatiques, à la politique foncière et à la gestion durable des terres. Les députés appellent également à la prise en compte et l’implication des femmes et des jeunes dans l’agriculture, à la lutte contre les aflatoxines, au renforcement de la sécurité alimentaire, à la promotion de l’agriculture écologique et au développement de l’élevage. Ils recommandent l’implication de toutes les parties concernées dans la révision des réglementations de la transhumance qui avait été élaborée par le secrétariat exécutif de la Cedeao, dans la prise en considération des méthodes modernes d’élevages.

Les parlementaires africains prônent la création de réserves de pâturages. Ils invitent la commission de la Cedeao à inclure, d’urgence, la Guinée-Bissau dans le Ppao. Dans ce sens, les centres d’excellence devront être étendus à l’ensemble des Etats membres au regard de leurs avantages coopératifs.

Les députés ont également recommandé l’accélération du renforcement des capacités de la commission, du parlement, des Etats membres et des institutions régionales concernées. Ils invitent, sur ce, les comités de coordination, des ressources en eau de la Cedeao à travailler avec les états membres dans la recherche de solutions aux problèmes de sécheresse et d’inondations affectant la région. Enfin, ils ont souhaité l’expansion de l’initiative Irrigation Sahel, pour couvrir l’ensemble des Etats membres de la Cedeao. La commission devra impliquer la Banque mondiale pour des financements supplémentaires, ont-ils plaidé.

A l’attention du Parlement de la Cedeao, les députés encouragent la collaboration avec les ministres de l’Agriculture des pays membres, pour assurer un financement adéquat desdits ministres et de leurs programmes. Enfin, les députés recommandent de veiller au respect des engagements pris par les différents gouvernements africains de consacrer 10 % de leurs budgets nationaux au secteur de l’agriculture.

Oumar BA / le soleil.sn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.