Au cours de la pandémie de Covid-19 en 2020 le nombre de millionnaires a augmenté dans le monde

La pandémie de covid-19 a eu un sérieux impact économique pour de nombreuses personnes dans le monde.

Mais pas pour tout le monde.
Et c’est justement en 2020 que le nombre de millionnaires dans le monde a augmenté de 5,2 millions de personnes et dépasse désormais 56 millions dans le monde, selon une enquête de la société suisse de conseil financier Credit Suisse.
Cela signifie qu’en 2020, environ 1 % des adultes dans le monde sont devenus millionnaires pour la première fois.
La reprise des marchés boursiers et la hausse des prix de l’immobilier ont contribué à accroître la fortune de ces personnes.
Credit Suisse estime que la création de richesse a eu un comportement « complètement distinct » des problèmes économiques de la pandémie.

Anthony Shorrocks, économiste et auteur du Global Wealth Report, indique que la pandémie a eu un « fort impact à court terme sur les marchés mondiaux », mais que celui-ci « s’est largement inversé à la fin du mois de juin 2020. »
« Non seulement la richesse mondiale s’est maintenue face à ces turbulences, mais elle a même augmenté rapidement au cours du second semestre », a-t-il expliqué.

La richesse globale totale a augmenté de 7,4 %, selon le rapport.
Les chercheurs ont également constaté que le nombre de personnes disposant d’une fortune comprise entre 10 000 et 100 000 dollars a triplé depuis le début du siècle, passant de 507 millions en 2000 à 1,7 milliard à la mi-2020.

Ils ont déclaré que cette augmentation reflétait « la prospérité croissante des économies émergentes, notamment de la Chine, et l’expansion de la classe moyenne dans les pays en développement ».
Incitations avec coût par rapport au PIB
Selon Nannette Hechler-Fayd’herbe, responsable des investissements au Credit Suisse, les mesures prises par les gouvernements et les banques centrales pendant la pandémie – comme les programmes visant à fournir des ressources aux personnes et aux entreprises les plus durement touchées ou la baisse des taux d’intérêt – « ont permis d’éviter une crise mondiale de grande ampleur ».
« La réduction des taux d’intérêt par les banques centrales a probablement eu le plus grand impact », ajoute-t-il.
« C’est l’une des principales raisons pour lesquelles les prix des actions et des maisons ont prospéré, ce qui se traduit directement dans nos évaluations de la richesse des ménages. »
Mais ces interventions « ont eu un coût élevé », dit-il.
« La dette publique par rapport au PIB a augmenté dans le monde entier de 20 points de pourcentage ou plus dans de nombreux pays », explique-t-il.

En outre, les versements « généreux » des pouvoirs publics aux ménages ont fait que le revenu disponible des ménages est resté « relativement stable » et a même augmenté dans certains pays.
bbc.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.