Chambre criminelle de Tambacounda : L’orpailleur malien, les coups de couteau mortels et l’acheteur d’or.

Un orpailleur condamné à Tambacounda
Image d'illustration

La Chambre criminelle du Tribunal de grande instance de Tambacounda a condamné l’orpailleur Adama Diallo à 15 ans

de travaux forcés, ce lundi 7 mai 2018, pour le meurtre de Yaya Konaté.
Le jeudi 31 août 2017, Adama Diallo s’était rendu chez Yaya Konaté, acheteur d’or. Il voulait que ce dernier lui prête de l’argent pour régler ses besoins familiaux.
« Je voulais contracter un prêt de 20.000 fcfa. Le jour où je viendrai lui vendre de l’or, il prélèvera cet argent sur la somme qu’il va me verser », a expliqué l’accusé à la barre.
Yaya Konaté n’a pas pu satisfaire la demande. Ce qu’Adama Diallo n’a pas apprécié. Il traita alors Yaya de « personne pire qu’un mécréant ». Yaya l’ « insulta de mère ». Adama Diallo le gifla à son tour, une bagarre s’éclata entre les deux messieurs.
« Il avait un couteau avec lequel il voulait me poignarder. J’ai réussi à le prendre pour lui administrer malencontreusement un coup dans la gorge. Après cela, il a cherché à me frapper avec la barre de fer qu’il a ramassée au moment de me sauver. C’est là que je lui ai administré deux coups de couteau dans l’abdomen », détaille Adama, marié et père de famille.
Il dit s’être livré à la gendarmerie de son propre gré, soutenant même qu’ ‘il pouvait s’enfuir en traversant « facilement » la frontière.
« Je n’ai pas voulu le tuer. C’est de la légitime défense », confesse l’orpailleur malien.
Le constat du médecin fait état de « trois plaies causées avec le même couteau. Il concluait à une mort très probablement due à une section de la trachée et une plaie thoraco-abdominale par arme blanche ».
Pour le procureur de la république, « Adama a tué de manière volontaire Yaya Konaté ».
« Il n’y a pas l’existence de violence sur lui(Adama) qui justifierait son acte(…) », argumente le parquet, dans son réquisitoire. Il a requis une condamnation aux travaux forcés à perpétuité.
« Pourquoi Adama (…) n’ a pas pris la fuite à travers les frontières poreuses pour se rendre au Mali », s’interroge l’avocat de la défense dans sa plaidoirie.
D’après lui, « l’intention de tuer n’existe pas ».
« Je demande de retenir la légitime défense et de disqualifier les coups mortels. Il(Adama) mérite des circonstances atténuantes, car il aurait pu partir, mais il est resté pour qu’on le juge », affirme-t-il.
La Chambre criminelle a finalement reconnu, Adama Diallo, 31 ans, demeurant à Kharakhéna(Kédougou), coupable d’homicide volontaire.
Amédine FAYE : actuprime.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire