Casamance: Le Mfdc pour « un accord de paix définitif et inclusif »

Le Mfdc pour un accord de paix définitif et inclusif
Robert Sagna, ancien ministre

Le règlement de la crise en Casamance doit passer par « la préparation du processus de négociations avec le gouvernement », l’unification du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (Mfdc) et la signature d’un « accord de paix définitif et inclusif », estiment des responsables et combattants du mouvement rebelle.

Ils ont fait part de cette position au cours d’une rencontre à Mongone (Bignona), base principale des combattants du Mfdc du camp de Diakaye, en présence notamment du président du Groupe de réflexion pour la paix en Casamance (Grpc), Robert Sagna, des imams et de nombreuses populations des villages de la zone des palmiers. Dans un communiqué conjoint signé par les combattants du Mfdc du camp de Diakaye, les populations de la zone des palmiers et le Groupe de réflexion pour la paix en Casamance (Grpc), il est écrit que « le règlement de la crise en Casamance passe d’abord par l’unification des différentes bases du mouvement, la préparation du processus de négociation avec le gouvernement et la signature d’un accord de paix définitif et inclusif ».

Les combattants concernés ont réaffirmé leur volonté de mener « des réflexions sur l’avenir de la Casamance dans une ouverture d’esprit, dans la confiance et dans le respect mutuel » pour un règlement définitif du conflit de près de 40 ans.

En outre, ils ont assuré de leurs « intentions constructives et lancé un appel à Robert Sagna, président du Grpc, pour une implication plus marquée dans l’accomplissement de ces dynamique », souligne le texte. Ils disent considérer l’ancien maire socialiste de Ziguinchor comme une personnalité « incontournable dans le règlement de la crise ». Par ailleurs, les populations de la zone des palmiers, pour leur part, « se sont félicitées » de cette rencontre à Mongone, « compte tenu du contexte qui prévaut dans la sous-région tout en invitant les combattants du Mfdc au dialogue, au dépôt des armes et à la réalisation de leur unité », ajoute le communiqué.

Devant plusieurs combattants, le président du Grpc, Robert Sagna, a rappelé « la main tendue du président de la République Macky Sall pour un retour rapide de la paix en Casamance dans le dialogue et la concertation ». M. Sagna a insisté sur le souhait du président Sall de « mettre fin à un conflit qui n’a que trop duré (…) », afin que « les armes soient définitivement déposées et que les efforts soient consacrés au développement de la région ». Il a aussi salué l’engagement des combattants qui veulent « éviter la violence comme moyen de revendication », déclarant que « l’option du président Macky Sall n’est pas une option de guerre, mais une option de paix ». Et ce n’est pas le président Macky Sall, qui « a évité la guerre en Gambie qui va la créer en Casamance », a estimé Robert Sagna.

M. L. DIEYE / lesoleil.sn avec APS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.